CE QUI SE CONÇOIT BIEN S'ÉNONCE CLAIREMENT. ET LES MOTS POUR LE DIRE ARRIVENT AISÉMENT (BOILEAU)
 
AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexionDossiersLiens

Partagez | 
 

 vermifuge du cheval

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aurore-Akab



Messages : 41
Date d'inscription : 03/09/2011

MessageSujet: vermifuge du cheval   Lun 9 Jan 2012 - 11:33

Je voulais vous faire part d'un échange avec un de mes vétérinaires sur le sujet.
C'est un sujet qui me tracasse pas mal ayant un cheval très sensible au niveau du système digestif.

Celui-ci m'expliquait que les dernières études scientifiques (exposées dans un article récent) démontrait en définitive le réel intérêt de ne plus nécessairement vermifuger tous les chevaux 4 fois par an. Il avança donc les arguments suivant :
- seulement 15 à 20 % de la population équine (traitée à l'instant T me semble-t-il mais je ne suis plus très sûre) serait réellement infestée
- certains vers en fonction de leur stade pouvant traverser les saisons (exemple du cyathostome, petit strongle qui, toujours en fonction de son stade et de son milieu se rencontre allègrement au fil des 4 saisons), les protocoles "classiques" de vermifugation se révèlent alors soit inutiles, soit inappropriés.

Ce vétérinaire propose donc une coproscopie (analyse de crottins) au printemps (période propice ayant un large spectre) afin de cibler les vers infestant réellement le cheval, de proposer la molécule adéquate, et bien sûr ne pas vermifuger si cela n'est pas nécessaire. En cas d'infestation réelle et 8 à 10 jours après le traitement, on a recours à une seconde coproscopie afin de recalculer le nombre de vers pour déterminer si la molécule a été suffisamment efficace et si ceux-ci n'ont pas développer une résistance.

Ce procédé me parait plutôt intéressant car il est relativement évident que l'étude n'a pas été menée dans le sens du profit pharmaceutique. Au profit des cliniques vétérinaires me direz-vous, mais chez mon véto, la coproscopie revient à 17 euros, ce qui reste tout de même dans la moyenne des prix de ventes de vermifuge, alors je veux bien engraisser la clinique si cela ne me coûte pas plus cher.
De plus, il est évident que le bon sens pousse la plupart d'entre nous à refuser autant que possible d'administrer à nos chevaux des traitements superflus, inefficaces (pourrait-on ajouter néfastes ?).

Avez- vous des contre-arguments, des réserves, des précisions concernant une telle méthode ?
Vous semble-t-elle viable ?
Suis-je obscurcis par ma propension à vouloir limiter par tous les moyens les désagréments occasionnés lors d' administration de vermifuge à mon cheval (là aussi, j' ai eu des propositions intéressantes de mon véto), par ma volonté naturelle d'épargner à mon compagnon toute expérience n'allant pas ou peu dans le sens de son bien-être ?

J'ai encore bien d'autres questions gravitant autour de ce sujet, mais " che va piano, va lontano" !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Céline Legaz

avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 11/03/2010
Age : 34
Localisation : Montpellier

MessageSujet: Re: vermifuge du cheval   Lun 9 Jan 2012 - 12:38

Ah mais ça, ça fait un moment que j'y au adhéré!!!!!!!!

Je ne vermifuge mes chevaux vivant au pré qu'une seule fois par an.
Je fais une copro tous les deux ans maxi!
Donc cela concerne les montures, les poulains, les poulinères et les vieux!

Par contre, j'ai un cheval de proprio qui est en petit paddock (complètement associal et dangereux... tant pis pour lui) qui lui est vermifugé 2 fois par an, car il s'auto-infeste du coup, et en changeant de molécule, fin de printemps, et avant les gelées, donc environ fin Novembre, début Décembre.

Et tout va bien Wink

J'ai aussi utilisé de l'ail, des produits de chez Biod*al*g, ainsi que les seringues de chez Vi*tal Her*bs, cette dernière piste d'ailleurs à réfléchir si votre cheval est vraiment sensible. Ce ne sont que des plantes.

Il y a aussi des protocoles tout prêts à effectuer en phytothérapie ou en huiles essentielles, à se mélanger soi-même, jamais essayé pour le moment, mais je compte bien!!

Pour moi, et selon le Labo Pf*iser (si si, un labo!!!), les vermifuges à outrance sont mauvais, pour l'organisme du cheval, pour l'environnement, les insectes bousiers, etc... donc plus de 2 fois par an, très franchement, c'est un peu exagéré...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://montpellier.equitation-camargue.fr/
Aurore-Akab



Messages : 41
Date d'inscription : 03/09/2011

MessageSujet: Re: vermifuge du cheval   Lun 9 Jan 2012 - 14:04

Bien, bien ! Je me sens moins seule ! Je suis en train de vermifuger en phyto actuellement. Je n'ai pas de recul pour le moment, mais on verra bien ce que dira la coproscopie au printemps.
Selon toi Céline, la phyto seule est-elle efficace pour tout type de vers ?

Une autre piste intéressante, pour mon douille-douille de dadou, a été de compléter chacune des 5 doses de Pa**cur par une seringue de Flore P***** (ferment lactique de végétaux). Je précise que le cheval avait déclencher une colique auparavant sous Pa**cur. Aucun symptôme la seconde fois.

Mais je sais que les symptômes de colique du au vermifuge est une vaste question Exclamation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: vermifuge du cheval   Lun 9 Jan 2012 - 15:38

Bête et disciplinée, j'ai tourné au 4 vermifuges par an pendant des années... mais je me demande aussi si tout cet arsenal chimique est vraiment nécessaire.
Donc les copros, j'y songe aussi. Comment procède-t-on pour plusieurs chevaux qui vivent ensemble dans le même paddock? 1 copro par cheval, ou bien un échantillon représentatif de l'ensemble? (pas évident de prélever des crottins de chacun scratch je doute qu'ils aient la bonté de crotter devant nous le jour où on se pointe avec notre boîte)
Revenir en haut Aller en bas
fraxinus



Messages : 1079
Date d'inscription : 01/08/2011

MessageSujet: Re: vermifuge du cheval   Lun 9 Jan 2012 - 17:12

Les vermifuges vaste sujet et re casse tête.

Comme le fait remarquer Céline Legaz, les vermifuges sont des poisons qui empoisonnent les insectes et autres bestioles en tout genre chargés de transformer les crottins en humus, donc éviter de mélanger le fumier après vermifugation à celui destiné au potager. Au pré les chevaux ont des aires de crottins contrairement aux bovins (à moins que ce ne soit dû à la concentrations des bestiaux sur un pré). Ces refus ont pour fonction d'éviter la réinfestation par les vers. Les paysans traitent les prés à la chaux pour éliminer les parasites mais cela élimine également toute la micro faune et flore nécessaire à la fabrication de l'humus.
Le problèmes des parasites c'est qu'ils ne sont par toujours décelables par les analyses coprologiques selon leur cycle de vie. Un cheval peut être infesté sans rejeter de larves au moment de l'enkystement des parasites. Il ne sont décelables qu'au moment de leur reproduction.
Un vétérinaire m'a donné un protocole de vermifugation, dont je vous fais part: pour les strongles: telmin en juillet, pour les « ténias » strongid en septembre et pour les gastérophiles: ivermectine en décembre. Les mois correspondent , non pas à la période d'infestation mais à la période à laquelle les parasites sont le plus sensibles au traitement. Les parasites non mentionnés seront éliminés au fur et à mesure des 3 traitements. Enfin c'est ce que j'ai compris des parasites et de leur cycle de vie.
Que faut-il faire? Agir en préventif ou en curatif?
En préventif, période d'infestation je donne « cina » vermifuge homéopathique en 4CH.
En curatif, je fais précéder le traitement d'une analyse coprologique. Si l'analyse est négative pas de traitement, une analyse, comme disait Aurore-Akab est moins chère surtout si elle dispense de traitement.
S'il faut traiter, pour optimiser le traitement j'administre le vermifuge 3 jours avant la nouvelle lune ou la pleine lune (plus efficace d'après les « biodynamistes ») mais surtout, un drainage hépatique 3 jours avant le vermifuge que je prolonge jusqu'à 15 jours après. Le vermifuge est un poison et les toxines du vermifuge et des bestioles doivent être éliminées.

Depuis que nous sommes dans le Morvan, nous avons découvert un parasite que je ne connaissais pas, la douve, uniquement révélée par l'analyse sanguine.


Pour des chevaux vivants ensemble mon véto prétend que si l'un est infesté ils le sont tous. Mais d'après moi, pas forcément de la même façon, surtout que pour certains vers : strongles entre-autres, les chevaux développent des anticorps et se réinfectent de moins en moins (dixit mon véto).

Pour les plantes, que je n'utilise pas en vermifuge, la tanaisie est réputée être un vermifuge mais c'est une plante toxique. Les molécules utilisée en allothérapie sont, pour beaucoup, des molécules isolées à partir de plantes(ex la digitaline). Ce n'est pas parce qu'on utilise des plantes que le produit sera moins toxique, je veux dire qu'il ne faut pas confondre naturel et toxique. Si un vermifuge naturel à base de plantes est efficace, ça veux dire qu'il tue les parasites donc qu'il est un poison et que, comme un autre vermifuge, il faudra veiller à ce que le cheval l'élimine correctement.

Les coliques dues au vermifuge seraient-elle dues au produit où révélatrice d'un mauvais fonctionnement du foie ou du rein ou encore simplement l'aboutissement d'une infestation importante de parasites? Les toxines des parasites ajoutées à celle du vermifuge pourraient déclencher la crise de colique?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore-Akab



Messages : 41
Date d'inscription : 03/09/2011

MessageSujet: Re: vermifuge du cheval   Lun 9 Jan 2012 - 20:03

Voilà a peu près ce que je voulais entendre et savoir

Limite de la coproscopie
-parasites pas toujours décelable en fonction du stade ou si il y a enkystement
- parasite décelable seulement grâce à la prise de sang, la douve par exemple...
-comment faire quand on a plusieurs chevaux au pré ? Comme le souligne Nathalie. Je n'ai pas de réponse mais je suis à peu près sûre que c'est une copro par cheval

Protocole complémentaire de la copro'
-Fraxinus, tu parles d'un protocole que t'as filé un véto (a priori, on m'aurait donné un protocole correspondant au période d'infestation vu que les mois ne correspondent pas, je m'interroge encore) puis de ta méthode personnelle. Tu as donc pratiqué les deux ? Mais tu reconnais toi même les limites de la coproscopie, du coup ça t'arrive de combiner les deux méthodes ?
- j'ai l'impression que le drainage hépatique prépare bien les chevaux dans tous les cas et est judicieux ensuite, j'y recours de la même façon et pas que pour le vermifuge d'ailleurs

Ca me parait en effet important de souligner que plante ne signifie pas non toxique. J'utilise en ce moment un complexe "tout fait" en phyto en complément du pa**cur.En revanche d'après ce que j'entends autour de moi on ne peut se cantonner à la phyto et il faut compléter.

Céline, tu vermifuges une fois par an et fait une copro tous les deux ans. Comment tu détermines le vermifuge que tu choisis ? Tu peux développer sur les produits dont tu parles ensuite (composition) ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mawawa



Messages : 294
Date d'inscription : 26/11/2011

MessageSujet: Re: vermifuge du cheval   Lun 9 Jan 2012 - 21:05

je les vermifuges 3 à 4 fois par an. protocole d'un véto.

il parait que les autopsies suite à coliques montrent souvent des quantités de vers impressionnantes.

l'ostéo m'a dit qu'un des chevaux était à vermifuger car infesté après l'avoir manipulé. dc malgré un vermifuge (ivermectine) un peu moins de deux mois avant......

la copro évite les vermifugations à tord et à travers qui entrainent des résistances des vers. bref, faudrait que j'y songe quand même car d'après vos écrits c'est quand même une très bonne chose....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: vermifuge du cheval   Mar 10 Jan 2012 - 12:32

fraxinus a écrit:
Depuis que nous sommes dans le Morvan, nous avons découvert un parasite que je ne connaissais pas, la douve, uniquement révélée par l'analyse sanguine.
Grande ou petite? L'infestation est-elle soupçonnable par certains signes, ou asymptomatique?
Il me semble en plus que les vermifuges habituels sont inopérants contre la douve, et qu'il faut un produit spécifique?

Citation :
Pour des chevaux vivants ensemble mon véto prétend que si l'un est infesté ils le sont tous
Pourquoi pas, c'est un bon postulat de départ a priori.
Mais moi aussi, j'ai constaté que les miens, vivant et vermifugés tous ensemble, n'évacuent pas tous la même chose: un ou deux ascaris sans strongles pour l'une (jeune), beaucoup de petits strongles sans ascaris pour l'autre (plus âgée), et rien pour les autres.
Revenir en haut Aller en bas
fraxinus



Messages : 1079
Date d'inscription : 01/08/2011

MessageSujet: Re: vermifuge du cheval   Mer 11 Jan 2012 - 18:11

Merci pour tous ces renseignements: plus on est de fous... Smile

Douve: pour les chevaux comme pour les bovins et, d'après les paysans les chevreuils, il s'agit de Fasciola hépatica celle des terrains humides dont l'hôte intermédiaire est un gastéropode( limace) donc la grande? L'autre, hôte intermédiaire: fourmis, est spécifique des terrains secs et n'affecterait pas les chevaux.
Symptômes: anémie jusqu'à l' ictère (intérieur de paupière pâle à franchement jaune) troubles digestifs qui vont du cheval qui gratte devant sa ration jusqu'à la crise de colique, baisse des performances, fatigue rapide, lenteur de récupération, amaigrissement, faiblesse, mauvais poil, bref symptôme peu caractéristiques mais révélateurs d'un problème de foie.
« Le Grand »(retraité plutôt gras) a fait une crise de colique en pleine nuit (heureusement qu'il appelle quand il va mal) tête basse dans un coin du paddock, seul, alors que les 2 autres étaient dans la stabulation et qu'ils sont inséparables. Il ne se regardait pas le flanc , ne se tapait pas le ventre. Quand je suis arrivée près de lui , il s'est couché sans se rouler, en présentant le foie, il avait du mal à respirer et des gaz. Le véto a passé en revue, colique de flatulences, de stase , et de diarrhée négatif selon lui mais grave, le cheval qui s'était relevé devant l'inconnu ne tenait visiblement pas debout et s'est recouché en cours de perfusion. Les anti inflammatoires anti spasmodique anti et toni tout l'ont soulagé. Le lendemain le praticien est revenu voir l'évolution , le cheval était normal. J'ai demandé une analyse de crottins et une prise de sang pour la douve. D'après lui le village n'entrait pas dans la zone à risque. Mais l'analyse a été positive. Les résultats sont arrivés 3 jours après, à temps pour le traitement, le cheval recommençait à se sentir mal. Traitement triclabendazole 3% « Fascinex ». Le véto l'administre en liquide par sonde gastrique, mais je le prends chez un paysan qui l'utilise en granulé pour ses bovins.
Les paysans traitent les bovins au printemps et à l'automne. Le véto prétend que le traitement d'automne est suffisant. Mais les animaux peuvent s'infester également en consommant du foin en provenance de pâturages à douve ce qui semble être le cas ici.

Les premières infestations passent inaperçues, mais au fur et à mesure des infestations successives le cheval développe une réaction allergique à la douve.


nom aurore-akab a écrit:
Protocole complémentaire de la copro'
-Fraxinus, tu parles d'un protocole que t'as filé un véto (a priori, on m'aurait donné un protocole correspondant au période d'infestation vu que les mois ne correspondent pas, je m'interroge encore) puis de ta méthode personnelle. Tu as donc pratiqué les deux ? Mais tu reconnais toi même les limites de la coproscopie, du coup ça t'arrive de combiner les deux méthodes ?
- j'ai l'impression que le drainage hépatique prépare bien les chevaux dans tous les cas et est judicieux ensuite, j'y recours de la même façon et pas que pour le vermifuge d'ailleurs
Je n'ai pas utilisé d'autres protocole que celui que j'ai cité plus haut, je donne Cina 4Ch pendant 15 jours à la mise au pré et cette année par exemple il n'y avait pas de strongles ni de cestodes aux analyses.
Traiter au bon moment me paraît être la clé du problème, surtout si les protocoles des vétérinaires ne sont pas les mêmes. Mon bouquin, assez complet,« maladies du cheval , Hanns-Jürgen Wintzer Maloine » date, ne donne pas d'indication les périodes de traitement.
On pourrait aller voir du coté des thèses vétérinaires ou autres. Si quelqu'un trouve, moi pas douée pour les recherches internet!

Drainage hépatique est vraiment indispensable en presque toutes circonstances. sunny

J'ai trouvé ceci qui n'est effectivement pas le même protocole que le mien mais qui ne précise pas s'il correspond au moment de l'infestation ou de l'excrétion des parasites.
http://www.hippoplus.com/hippodico/veterinaire/Vermifugation/Default.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Muriel Le Mestric

avatar

Messages : 817
Date d'inscription : 01/02/2010
Age : 37
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: vermifuge du cheval   Mer 11 Jan 2012 - 19:31

Le cheval supporterait sans pb une petite infestation, ça pourrait même lui être profitable : le système digestif est un subtil équilibre avec toute une flore plus ou moins bien utile voire indispensable à la digestion. Les vers y contribueraient, à condition d'être de plusieurs variétés et en assez faible quantité.

Le problème des vermifuges automatiques, c'est qu'ils provoque un fort déséquilibre parmi toute cette flore (la bonne, celle qu'on ne vise pas), mais aussi dans cet équilibre entre les vers : si une variété de vers est décimée...ça laisse une opportunité à une autre variété, moins sensible et qui en plus développera des résistances d'autant plus forte qu'à chaque vermifugation, leur population peut ré-exploser puisque "la place est libre".

Il peut donc être judicieux de laisser un faible niveau de parasitisme.

La copro est à faire pour chaque individu parmi les plus fragiles : les plus jeunes et les plus vieux, les plus faibles, éventuellement les plus stressés...
Donc, un cheval en pleine fleur de l'âge, en pleine forme et tout : pas besoin.


Pour avoir travaillé dans une écurie où les soins étaient administrés en biodynamie (donc en fonction de la lune), c'était des extrait de plantes donnés pdt 5 jours autour de la pleine lune (2 jours avant et jusqu'à 2 jours après), tous les mois donc, systématiquement.
Ma patronne m'avait alors expliqué qu'un mois, ils n'avaient pas faite une de leur ponette qui était en déplacement durant les qq jours vers la pleine lune. Ils se disaient que rater un mois de traitement ne poserait pas de pb...et bien, qq semaines plus tard, elle a fait une surinfestation parasitaire.

Personnellement, je pense que son "paquet de vers" a pu exploser parce que "la place était libre" vu le traitement mensuel, par des plantes certes (bio en plus), mais avec un traitement mensuel automatique, quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: vermifuge du cheval   Jeu 12 Jan 2012 - 9:41

Muriel Le Mestric a écrit:
Ma patronne m'avait alors expliqué qu'un mois, ils n'avaient pas faite une de leur ponette qui était en déplacement durant les qq jours vers la pleine lune. Ils se disaient que rater un mois de traitement ne poserait pas de pb...et bien, qq semaines plus tard, elle a fait une surinfestation parasitaire.
Passer d'une situation saine (???) à une surinfestation en moins de deux mois affraid , je me poserais de sérieuses questions sur l'efficacité du traitement et le niveau réel de parasitisme en temps dit "normal". scratch
A moins que la ponette ait été déplacée dans un lieu particulièrement malsain?

Je n'aime guère ces produits chimiques, mais ne me sens vraiment pas prête à essayer ces vermifuges naturels sur mes chevaux... peut-être à tort, je ne sais pas, mais je demande à voir.

Dans la nature, les chevaux couvriraient de grandes distances pour manger, donc mangeraient rarement deux fois au même endroit. Dans le cadre domestique, ils passent leur vie dans un même pré ou paddock, mangeant toujours aux mêmes endroits: donc a priori logique que le parasitisme soit également impacté par l'éloignement des conditions naturelles. Remède naturel dans cadre de vie pas naturel? Assez efficace dans ces conditions? Je ne sais pas. Question

Revenir en haut Aller en bas
Aurore-Akab



Messages : 41
Date d'inscription : 03/09/2011

MessageSujet: Re: vermifuge du cheval   Jeu 12 Jan 2012 - 14:08

Nathalie pointe du doigt le fond du problème. Du moins c'est exactement ce qui me pose problème :

Remède naturel dans cadre de vie pas naturel... Je demande à voir aussi ...
Et la question reste toujours la même pour ma part, comment ne pas passer à côté de vers enkystés ou certains types de parasites... En complétant avec une prise de sang ? Quelqu'un sait comment on peut détecter si il y a enkystement ? Et d'ailleurs les vermifuges "classiques" sont-ils efficaces dans ce cas ?


fraxinus a écrit:

Je n'ai pas utilisé d'autres protocole que celui que j'ai cité plus haut, je donne Cina 4Ch pendant 15 jours à la mise au pré et cette année par exemple il n'y avait pas de strongles ni de cestodes aux analyses.


A la mise au pré ? tu veux dire en changeant de pâture ? ou tes chevaux ne sont pas au pré toute l'année ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fraxinus



Messages : 1079
Date d'inscription : 01/08/2011

MessageSujet: Re: vermifuge du cheval   Jeu 12 Jan 2012 - 18:01

Il me semble , mais je peux me tromper qu'on ne peut pas débarrasser totalement l'organisme du cheval de ses parasites , certains sont nécessaires (symbiose) et ils sont tous bien tolérés jusqu'à un certains seuil dit critique qui varie selon l'individu cheval et les différentes espèces de parasites. Les chevaux développent des anticorps qui régulent le taux des parasites. À l'état sauvage, les chevaux changent d'endroit comme le disait Nathalie G ils ont donc peu infestés et s'en portent bien.
Les vers enkystés ne sont pas atteints par les vermifuges car leur coque les protège. C'est pourquoi un cheval peut être très parasité un mois ou deux après un vermifuge et c'est pourquoi (vétérinaire) la date d'administration du vermifuge est importante. Une prise de sang va révéler des anticorps , leur numération permet peut-être de connaître plus précisément le taux d'infestation du cheval, ceci est une supposition car je n'y ai jamais eu recours. C'est pourquoi je cherche des thèses vétérinaires. scratch

Désolée, je me suis mal exprimée pour la mise au pré. Mes chevaux sont au pré toute l'année avec accès à la stabulation. À la mise au vert au printemps donc cina4ch pendant 8 jours et ensuite pour chaque changement de pâture, idem. Le pré d'hiver reste inoccupé 1 an car abimé.
L'idéal serait d'avoir assez de parcelles pour ne pas remettre les chevaux sur la même pâture au cours de la même année. La plupart des parasites sont éliminés au bout d'un an, certains ne résistent pas au gel. Il est préconisé de broyer les refus, et de faire pâturer des bovins sur les parcelles inoccupées par les chevaux. Mais les bovins et les chevaux ont un strongle et la douve en commun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Muriel Le Mestric

avatar

Messages : 817
Date d'inscription : 01/02/2010
Age : 37
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: vermifuge du cheval   Ven 13 Jan 2012 - 15:14

fraxinus a écrit:
Il me semble , mais je peux me tromper qu'on ne peut pas débarrasser totalement l'organisme du cheval de ses parasites , certains sont nécessaires (symbiose) et ils sont tous bien tolérés jusqu'à un certains seuil dit critique qui varie selon l'individu cheval et les différentes espèces de parasites.
c'est ce que j'avais tenté d'expliquer...

Il est vrai aussi que par définition les conditions de vie de nos chevaux domestiques n'ont plus rien de naturelle, même si nous leur offrons des conditions de vie respectueuses de leur nature (vie en troupeau, au pré, alimentation non industrielle, etc...), ils ne vivront toujours que dans un milieu artificiel, conçu et géré par l'homme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fraxinus



Messages : 1079
Date d'inscription : 01/08/2011

MessageSujet: Re: vermifuge du cheval   Mer 18 Jan 2012 - 17:21

Je « plussoyais » vos dires Muriel Le Mestric! Wink

infos sur les parasites pig
http://www.hippoplus.com/hippodico/veterinaire/Parasites_vers_larves/Parasites.htm#1

et sur les formes kystiques des parasites... scratch
« Ce sont les strongles (grands, mais surtout petits) que l'on craint en priorité actuellement. Il faut adapter la re-vermifugation principalement au cycle de développement de cette population.

Brièvement, on sait que pour le strongle du cheval, il existe un stade de développement libre sur le pâturage, où l'oeuf évolue rapidement en une forme larvaire infestante qu'ingère le cheval en broutant ; cette forme infestante va pouvoir alors coloniser la muqueuse et la sous-muqueuse intestinale des régions du côlon et du caecum. La larve infestante ainsi fixée va progressivement évoluer vers la forme adulte, en passant par plusieurs stades kystiques. La forme adulte adhère à la muqueuse intestinale de ces mêmes régions, et entreprend son cycle de ponte, où les oeufs vont être éliminés, via les crottins, dans les prairies.

Les formes kystiques de ces larves sont très peu accessibles à l'action des différents produits existants, d'autant que parmi elles, existe (notamment en hiver) une forme kystique particulière très rebelle. Celle-ci correspond à un état de haute protection du parasite, qui cesse d'évoluer pour que le cycle parasitaires ne soit pas rompu du fait de conditions climatiques défavorables. Autrement dit, le parasite arrête de se reproduire et se met en "réserve", en attendant des conditions plus propices à son développement.

Les parasites existants sont informés de cette nécessité de se protéger par des messages chimiques, fournis par les nouveaux arrivants (dernières larves infestantes ingérées).
Ces larves enkystées peuvent représenter plus de 50% de la population larvaire totale. Elles reprendront leur cycle parasitaire lorsque le taux d'adultes diminuera.

Il est donc logique, si l'on veut assurer un déparasitage sans danger -donc progressif- et relativement complet, s'attaquant à la fois aux formes adultes et aux différents variétés de formes kystiques, de procéder à une vermifugation sous forme de cure, qui s'attaquera d'abord aux adultes, et ensuite aux formes larvaires jeunes qui auront été remises en activité par la disparition d'un certain nombre de formes adultes.

Selon le degré de parasitisme supposé, on donnera donc une ou deux prises successives d'un produit type oxybendazole ou mébendazole qui ne s'attaque qu'aux formes adultes du strongle, et l'on administrera, dix à quinze jours plus tard, de l'ivermectine -ou mieux peut-être- de la moxidectine, qui s'attaque aux formes adultes, mais aussi aux formes larvaires précoces et qui serait moins toxique pour l'environnement (voir encadré).
De plus, cette seconde gamme de produits antihelminthiques possède un spectre large, et permet d'éradiquer les autres parasites -sauf le ténia.

En ce qui concerne le ténia, redoutable parasite intestinal, ni les bendazolés, ni l'ivermectine, ni la moxidectine ne sont actifs.
Chez le cheval au pré (et notamment lors des hivers doux) une contamination est à craindre. Il est donc nécessaire de donner une dose de prazicantel ou d'utiliser un vermifuge mixte.

Ainsi, dans le cas de votre cheval, nous vous conseillons de donner d'emblée une dose-poids de mébendazole, puis de moxidectine ou d'ivermectine, associée ou non à un ténicide. (Si dans cette cure de vermifugation, vous utilisez un ténicide séparément, le jour de l'administration de ce ténicide est sans importance, car il n'y a pas d'interférence avec les autres produits.)
Notez scrupuleusement la nature des molécules données, et les dates d'administration. Vous verrez ensuite avec votre vétérinaire l'établissement d'un calendrier annuel de vermifugation, qui sera fonction de la région, du mode de vie du cheval (box, pré/box, prairie) du nombre de compagnons qui vivent avec lui... »
extrait d'un article du Dr vétérinaire Jacques Laurent paru dans Cheval Savoir

Il me semble que cet article appuie la théorie des « Biodynamistes » que Muriel Le Mestric a partagé avec nous. Les plantes administrées tous les mois élimineraient les formes adultes au fur et à mesure de leur apparition dans le système digestif. Mais les biodynamistes pourraient se mettre d'accord sur les jours et phases de lune groumph. Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fraxinus



Messages : 1079
Date d'inscription : 01/08/2011

MessageSujet: Re: vermifuge du cheval   Mer 12 Sep 2012 - 12:25

http://www.dmipfmv.ulg.ac.be/parasitovet/m/doc1/Cheval.pdf

trouver sur A.I. en espérant que MR C.C. me pardonnera ce vol qualifié pale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: vermifuge du cheval   

Revenir en haut Aller en bas
 
vermifuge du cheval
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» question vermifuge?
» Liste des vermifuge et leur action
» vermifuge ou pas ?
» vermifuge
» où achetez vous vos vermifuges ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EDUCAVAL :: Sciences hippiques et équitation :: Connaissance du cheval-
Sauter vers: