CE QUI SE CONÇOIT BIEN S'ÉNONCE CLAIREMENT. ET LES MOTS POUR LE DIRE ARRIVENT AISÉMENT (BOILEAU)
 
AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexionDossiersLiens

Partagez | 
 

 à l'école des Maîtres : Mario Luraschi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Mon Quidam

avatar

Messages : 403
Date d'inscription : 08/03/2011
Age : 49
Localisation : pas de calais

MessageSujet: à l'école des Maîtres : Mario Luraschi   Ven 1 Mar 2013 - 19:27


http://www.equidiawatch.fr/#/video/1482202

Vidéo bien faite et intéressante.
Équitation CE vs équitation classique.
Quelque part un carnage! Razz.

NB : je ne suis pas opposée à l'avis de Luraschi quand il dit que c'est à l'élève de faire l'effort d'accéder à ce que l'enseignant a à lui apporter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fraxinus



Messages : 1079
Date d'inscription : 01/08/2011

MessageSujet: Re: à l'école des Maîtres : Mario Luraschi   Dim 3 Mar 2013 - 13:17

Mon Quidam a écrit:

NB : je ne suis pas opposée à l'avis de Luraschi quand il dit que c'est à l'élève de faire l'effort d'accéder à ce que l'enseignant a à lui apporter.

Entièrement d'accord avec votre NB bounce

Le sujet de Soniafleur s'intitule "les qualités de l'enseignant" et si nous parlions de celles de l'élève ici?

yveskatz a écrit:
Il faut cerner les différentes pédagogies, les différents buts à atteindre en fonction des publics que l'on cible et établir des formations en fonction.
La finalité étant d'avoir des cavaliers respectueux de leurs chevaux, qui prennent plaisir à monter et qui restent fidèles à leur loisir/ passion/sport. Le reportage sur Mario Luraschi, proposé par Mon Quidam sur un autre post, est intéressant à visionner. Il démontre l'immense fossé qui sépare des jeunes, montant depuis plus de 10 ans à cheval avec ce que sont les réalités de l'équitation. Il invite à se questionner sur les compétences des cavaliers. Sur des exercices simples comme demandés par ML, ces trois cavaliers se sont trouvés totalement perdus et ont pris conscience de leurs manques (sentiment du cheval, assiette, équilibre, liant...). Il y a , à partir de cet exemple, beaucoup de questions à se poser!..

Mon Quidam a écrit:
soniafleur a écrit:

Pour votre compréhension, NON le niveau des licenciés ne dépend pas PRINCIPALEMENT de l’enseignement qu’il reçoit.
Mais quelle blague!
De quoi serait-elle le reflet alors? J'en reviens au documentaire avec ML, comment est-il possible qu'en une journée les 3 stagiaires aient eu le sentiment d'en avoir appris plus qu'en 3 ans de CE?
La "qualité" de l'enseignement FFE serait d'après vous étrangère à cette situation?

Et ML n'est pas le seul à pouvoir ainsi pulvériser en une matinée 3 ou 5 ans (voire plus) d'enseignement FFE.

Et pourquoi ça?
Mais tout simplement parce que l'enseignant d'équitation qui maitrise son sujet explique POURQUOI en fonction du cheval (et de la discipline) et non pas COMMENT et c'est au cheval de céder d'une manière ou d'une autre pour que ce "comment" fonctionne de gré ou de force (alias tire-pousse)!

yveskatz a écrit:
La réponse de Mon Quidam est intéressante...Car il est important d'avoir le point de vue de cavaliers sur ce qu'il est important de trouver , pour eux,chez un enseignant......
Voilà un élément de réponse

Pimprenelle a écrit:
D'autre part je suis toujours aussi étonnée qu'on fasse endosser toute la responsabilité des réussites ou échecs aux formateurs/entraineurs.
Ils y ont une part mais le cavalier en a une aussi : en dernier ressort, c'est lui qui est à cheval, lui qui agit, lui qui choisit son geste
Le nier c'est nier l'évidence ; c'est aussi peu raisonnable que de toujours attribuer la faute au cheval


La vidéo est intéressant et marrante. Équidia se met à la télé réalité... toujours la recherche de l'audimat. Je serai curieuse de savoir ce que ML aurait dit à la présentatrice de l'émission « la leçon indispensable de..... » Wink

Les jeunes ne sont pas à la hauteur , c'était le but. Mais je ne pense pas que dénigrer l'enseignement en faisait partie. Les participants sont bien choisis. Ils pensent tous les trois « savoir » monter. Le compétiteur CSO, parce qu'il fait de la compétition et que la barre est seule juge, sait monter puisqu'il réussit en compétition. La brune sait monter puisque puisqu'elle est "perfectionniste et aime relever les défis ". la Blonde aime les chevaux. Tous les trois vont s'apercevoir que leur approche ne suffit pas. En équitation comme dans beaucoup de domaine , il faut avoir de le goût de l'effort, du travail.
Or, de nos jours, il faut que tout soit facile, le travail doit être ludique, le loisir doit être amusant.
Les cavaliers, avant d'être les élèves d'un enseignant sont les clients d'un centre équestre, et donc les enseignants doivent s'adapter aux clients s'ils veulent en garder suffisamment pour vivre. Donc l'enseignant est obligé de s'accorder avec les désidératas du plus grand nombre. Il y aurait, comme dans de nombreux domaines, une baisse du général dû à un nivellement par le bas?
Pimprenelle l'avait très bien exprimé, ailleurs, l'élève a une grande responsabilité dans l'enseignement qu'il reçoit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yveskatz

avatar

Messages : 2185
Date d'inscription : 02/02/2010
Age : 70
Localisation : seine et marne

MessageSujet: Re: à l'école des Maîtres : Mario Luraschi   Dim 3 Mar 2013 - 15:34

fraxinus a écrit:
[
Les cavaliers, avant d'être les élèves d'un enseignant sont les clients d'un centre équestre, et donc les enseignants doivent s'adapter aux clients s'ils veulent en garder suffisamment pour vivre. Donc l'enseignant est obligé de s'accorder avec les désidératas du plus grand nombre. Il y aurait, comme dans de nombreux domaines, une baisse du général dû à un nivellement par le bas?


S'il ya une chose contre laquelle je me battrais toujours (ce qui permettra à Fraxinus de me comparer à Don Quichotte , la sveltesse en moins), c'est cette excuse selon laquelle on doit faire en fonction des désideratas des "clients" (terme que je refuse aussi).
Pour avoir pratiqué d'autres sports, faisant appel au contact avec un autre milieu( la plongée sous marine, comme l'équitation a pour nouveau milieu le cheval), je sais que les gens, si on leur explique correctement les tenants et les aboutissants, sont prêts à faire l'effort de l'apprentissage pour profiter au maximum du plaisir de l'activité pratiquée. Pourquoi en serai-il différemment en équitation? D'autant plus que le débutant qui pousse la porte d'un club(cela je l'ai déjà exprimé maintes et maintes fois...je radote, je sais!) ne sait absolument pas ce qui l'attend. Et quand il s'agit d'enfants, ce sont les parents qu'il faut éduquer autant, sinon plus que leur progéniture. Il serait temps que tous ceux qui interviennent dans ce monde du cheval qui tourne de moins en moins rond, en soient conscients.
Après , bien sûr, l'évolution des progrès des cavaliers dépendra autant de leur capacité à comprendre et à vouloir apprendre ,qu'à celle de leur enseignant qui saura trouver la bonne pédagogie pour développer chez ses élèves l'amour d'une belle équitation, quelle qu'en soit la finalité.................... geek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon Quidam

avatar

Messages : 403
Date d'inscription : 08/03/2011
Age : 49
Localisation : pas de calais

MessageSujet: Re: à l'école des Maîtres : Mario Luraschi   Dim 3 Mar 2013 - 19:22

yveskatz a écrit:

Après , bien sûr, l'évolution des progrès des cavaliers dépendra autant de leur capacité à comprendre et à vouloir apprendre

Encore faut-il que ce qu'on propose au cavalier quelque chose qui permet de comprendre et d'apprendre...
Quand on voit sur Internet les nouveaux propriétaires de chevaux chercher des "astuces" pour résoudre leurs problèmes équestres, on est en droit de se demander sous quelle forme l'interaction homme-cheval leur a été présentée... scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier



Messages : 473
Date d'inscription : 05/04/2010

MessageSujet: Re: à l'école des Maîtres : Mario Luraschi   Dim 3 Mar 2013 - 19:29

Yves, crois-tu que le gamin passionné de littérature, même s'il suit une section littéraire, va trouver son bonheur au lycée (sauf exception) ?
Moi non.
Non pas que je pense les profs de littératures nuls, mais parce qu'un enseignant doit s'adapter au niveau de son groupe. Bien sûr, il peut essayer de le tirer vers le haut, mais sauf à être exceptionnel, il ne peut espérer bouleverser la donnée fondamentale : que veulent vraiment les élèves ? Malgré des examens qui mettent en jeu un avenir professionnel, le prof aura un mal fou à amener ses élèves à se dépasser et risque de se lasser malgré la meilleure volonté. Alors dans l'équitation qui n'est qu'un loisir pour l'immense majorité...
J'ai déjà dû raconter l'anecdote.
Au club, un dimanche matin... 2 heures de stage "dressage". L'enseignante se lance dans un exercice intéressant et décide de le pousser un peu plus loin (en allongeant son temps de travail sans être payée). Eh bien il s'est trouvé des élèves pour l'engueuler parce que nous finissions trop tard !!!! Et nous avons été une infime minorité à la remercier.
Un enseignant qui vit cela plusieurs fois a de bonnes raisons de "lâcher l'affaire", tu ne crois pas ?
Pimprenelle a raison. L'implication de l'élève est un facteur à ne pas négliger.
Il ne s'agit pas de donner un blanc seing aux enseignants ou à la fédé, mais rien n'est aussi simple qu'il y paraît de prime abord.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog-equitation.fr
yveskatz

avatar

Messages : 2185
Date d'inscription : 02/02/2010
Age : 70
Localisation : seine et marne

MessageSujet: Re: à l'école des Maîtres : Mario Luraschi   Dim 3 Mar 2013 - 19:30

Aucune interaction. Ler cheval n'est présenté comme rien de plus qu'une mécanique. Tu fais ci,le cheval répond comme ça. Et quand,une fois seul face á son cheval,le cavalier n'a pas la bonne réponse,il est perdu.
Le cheval,c'est trop génial. Ce slogan ne vous rappelle rien?...... geek


Dernière édition par yveskatz le Dim 3 Mar 2013 - 21:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yveskatz

avatar

Messages : 2185
Date d'inscription : 02/02/2010
Age : 70
Localisation : seine et marne

MessageSujet: Re: à l'école des Maîtres : Mario Luraschi   Dim 3 Mar 2013 - 19:38

Olivier,
Il est du devoir de l'enseignant de connaître ses élèves,et de savoir quelles sont les limites qu'ils ne veulent pas/qu'ils ne peuvent pas dépasser. Et garder pour ceux qui y aspirent,quelques instants pour aller plus loin...... geek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon Quidam

avatar

Messages : 403
Date d'inscription : 08/03/2011
Age : 49
Localisation : pas de calais

MessageSujet: Re: à l'école des Maîtres : Mario Luraschi   Dim 3 Mar 2013 - 21:12

yveskatz a écrit:

Le cheval,c'edt trop génial. Ce slogan ne vous rappelle rien?...... geek

Des lasagnes? Question




OK je sors... lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier



Messages : 473
Date d'inscription : 05/04/2010

MessageSujet: Re: à l'école des Maîtres : Mario Luraschi   Dim 3 Mar 2013 - 21:32

Oui mais...
Dans ma petite anecdote, l'enseignante a clairement annoncé qu'elle voulait aller plus loin... Mais tu sais comment ça se passe, les gens, même adultes, se taisent pendant... et râlent quand c'est fini oui même beaucoup plus tard parfois, et pas directement auprès de l'enseignante.
Je comprends que cela puisse lasser.
D'ailleurs, j'ai pu observer des attitudes similaires en cours. Des gens qui, plutôt que de dire ouvertement qu'ils ne veulent pas faire un exercice, le bâclent sans se préoccuper des autres élèves ni de leur cheval. Tout comme j'ai vu des élèves adultes qui, ne supportant pas la moindre remarque, descendaient de cheval et le ramenaient au box en milieu de séance. Shocked
Alors bien sûr, tu peux virer définitivement les gens du cours, mais tant qu'il n'y a pas de risques physiques, c'est difficile, surtout pour un(e) salarié(e). La seule fois où j'ai vu une élève se faire virer d'une séance, c'était au cours d'un stage, et parce que le j'm'enfoutisme de cette ado devenait dangereux pour elle et pour le cheval. Après de nombreuses mises en garde, l'enseignante l'a mise dehors en lui disant d'aller se faire rembourser sa journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog-equitation.fr
yveskatz

avatar

Messages : 2185
Date d'inscription : 02/02/2010
Age : 70
Localisation : seine et marne

MessageSujet: Re: à l'école des Maîtres : Mario Luraschi   Lun 4 Mar 2013 - 6:47

Il ne s'agit pas de virer les gens du cours (bien que,parfois, pour l'ambiance d'un club, ce peut être une bonne chose!), mais de les regrouper (autant que faire se peut) par affinités et attentes....Il faut savoir multiplier les reprises, quitte à n'avoir qu'un ou deux élèves dans certaines au début...
Et que tu sois salarié ou non ne change rien au problème. Il faut savoir ce que l'on veut... Et faire ce qu'il faut pour!J'ai été salarié presque toute ma vie! Et quand je ne pouvais pas faire mon travail correctement, je savais trouver une autre place!(Il est vrai que la situation était quelque peu différente de celle d'aujourd'hui, mais le travail bien fait est toujours récompensé!)................ geek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle



Messages : 266
Date d'inscription : 20/11/2012

MessageSujet: Re: à l'école des Maîtres : Mario Luraschi   Lun 4 Mar 2013 - 18:39

Mon Quidam a écrit:
.
Quand on voit sur Internet les nouveaux propriétaires de chevaux chercher des "astuces" pour résoudre leurs problèmes équestres, on est en droit de se demander sous quelle forme l'interaction homme-cheval leur a été présentée... scratch

Il faut aussi s'informer sur le niveau qu'avaient atteint ces personnes avant d'acheter leur cheval
Si elles n'ont pas acheté sciemment un cheval au-dessus de leur niveau pour en tirer profit plus vite et plus longtemps
Si elles pratiquent depuis assez longtemps et sans interruption

Demander des "astuces", sur Internet de surcroît, montre un certain manque de jugeote : sur les forums très actifs on reçoit au moins dix réponses contradictoires, de personnes dont on ne connait pas les compétences et qui n'ont pas vu le couple cheval-cavalier en réel
Etre capable de valider une réponse dans ces conditions veut dire qu'on n'avait pas besoin de poser la question


Pour avoir vu des situations similaires à ce que décrit Olivier je suis tout à fait d'accord avec lui
Je serais très curieuse de la réaction des cavaliers si un enseignant, considérant qu'un exercice est réussi, leur demandait de mettre pied à terre 20 mn avant la fin de l'heure

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yveskatz

avatar

Messages : 2185
Date d'inscription : 02/02/2010
Age : 70
Localisation : seine et marne

MessageSujet: Re: à l'école des Maîtres : Mario Luraschi   Lun 4 Mar 2013 - 19:16

Je serais très curieuse de la réaction des cavaliers si un enseignant, considérant qu'un exercice est réussi, leur demandait de mettre pied à terre 20 mn avant la fin de l'heure
C'est ce que je fais régulièrement avec les cavaliers que j'ai au travail (des propriétaires) et cela ne pose aucun problème... Et cela ne posait pas de problème avant quand j'enseignais en club et que, au cours d'une reprise, je demandais à certains de laisser leurs chevaux au repos pour m'occuper d'autres cavaliers qui avaient plus de soucis. Mais je prenais le soin , avec tous mes nouveaux élèves , de parler cheval avant de parler équitation et d'expliquer comment les chevaux apprenaient et ce qu'était une éducation bien conduite..................Expliquer en ayant des arguments solides... et la majorité" des gens vous suivront.. ET si il y en a qui ne comprennent pas (cela existe) sachez les ignorer.Même si financièrement cela fait mal sur le moment, sur le long terme, vous êtes gagnant........... geek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier



Messages : 473
Date d'inscription : 05/04/2010

MessageSujet: Re: à l'école des Maîtres : Mario Luraschi   Lun 4 Mar 2013 - 22:29

Eh bien, dans mon club, quand un exercice est réussi, il arrive que l'enseignant demande à un cavalier d'en rester là : soit que le cheval vienne de réussir quelque chose de difficile ou de nouveau pour lui, soit que le cavalier semble avoir atteint ses limites (dans ce dernier cas, c'est retour au niveau en dessous avant d'arrêter pour que le cavalier ne reste pas sur un échec).
En général, la première situation est très bien acceptée, la seconde un peu moins.
Quand on arrête quelqu'un sur un exercice réussi, on le valorise. Du coup, il regarde moins la montre. Et surtout, ça ne change pas ses plans. Beaucoup de gens viennent monter en prévoyant de partir au plus vite après le cours (pour de bonnes ou moins bonnes raisons). Et si l'on dépasse l'heure, ou que le cours est légèrement décalé pour x raison, c'est alors que les problèmes surviennent. Et ça, je ne suis pas sûr qu'un enseignant y puisse grand chose.
L'équitation est une activité de loisir qui attire une clientèle qui n'est pas nécessairement prête à s'investir plus que le minimum. Et je ne crois pas qu'un club puisse se passer facilement de cette clientèle, surtout par les temps qui courent.
On peut demander à l'enseignant d'être plus compétent, mais on ne peut pas lui demander de refaire l'éducation des gens, tout comme on ne peut pas raisonnablement espérer que l'école fasse l'éducation des enfants. L'école, équestre ou autre, est un lieu d'instruction, pas d'éducation, même si elle y contribue nécessairement un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog-equitation.fr
Mon Quidam

avatar

Messages : 403
Date d'inscription : 08/03/2011
Age : 49
Localisation : pas de calais

MessageSujet: Re: à l'école des Maîtres : Mario Luraschi   Lun 4 Mar 2013 - 22:50

Tous ces beaux discours ressemblent, hélas, au discours de certains commerciaux que l'on peut entendre dans la crise des lasagnes au cheval : "oui, mais c'est la faute du consommateur, a force de vouloir toujours tout au meilleur prix, on est bien forcés de trouver des solutions pour les satisfaire"...

Il est anormal qu'un enseignement payé CHER sur plusieurs années puisse être ainsi anéanti en une demi journée de stage. On devrait, si les enseignants valaient quelque chose, voir un décalage DE NIVEAU d'exécution, mais en aucun cas un décalage comme c'est le cas, DE TECHNIQUE DE BASE.

À partir du moment où la technique de base (tire-pousse) enseignée est inappropriée pour monter à cheval efficacement et universellement, l'élève pourra être aussi doué, appliqué, volontaire qu'il voudra, il lui sera IMPOSSIBLE de dépasser la médiocrité de la méthode employée.

L'utilisation du cheval dans un contexte de loisir ne doit pas servir d'excuse aux enseignants pour vendre une technique médiocre sous prétexte que le niveau visé ne permettra pas aux-dits clients de s'apercevoir que c'était de la daube.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle



Messages : 266
Date d'inscription : 20/11/2012

MessageSujet: Re: à l'école des Maîtres : Mario Luraschi   Lun 4 Mar 2013 - 23:13

Il faut penser que l'émission en question est de la télé-réalité avec tous les ingrédients usuels

Mon Quidam a écrit:


À partir du moment où la technique de base (tire-pousse) enseignée est inappropriée pour monter à cheval efficacement et universellement, l'élève pourra être aussi doué, appliqué, volontaire qu'il voudra, il lui sera IMPOSSIBLE de dépasser la médiocrité de la méthode employée.

Sur ce point vous avez raison : si le conseil est clairement tire-pousse, il y a un sérieux problème

En même temps au cours de mes promenades dans divers clubs je n'ai pas entendu recommander de tirer-pousser...et on ne me l'a jamais demandé
Il y a effectivement des cavaliers qui poussent en étant pendus aux rênes. Est-ce sur le conseil de leur enseignant ou par défaut d'assiette ?

S'il y a défaut d'assiette on peut en rendre l'enseignant responsable...mais comment se faire l'assiette sans mise en selle ? Or la mise en selle est fatigante et lassante...

yveskatz a écrit:

Et cela ne posait pas de problème avant quand j'enseignais en club et que, au cours d'une reprise, je demandais à certains de laisser leurs chevaux au repos pour m'occuper d'autres cavaliers qui avaient plus de soucis.

ça ne m'en posait pas voilà pas mal d'années Twisted Evil et ne m'en pose toujours pas : ça équivaut à "très bien", très gratifiant...mais pour certains une heure c'est 60 mn à cheval + 5 mn de pansage Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yveskatz

avatar

Messages : 2185
Date d'inscription : 02/02/2010
Age : 70
Localisation : seine et marne

MessageSujet: Re: à l'école des Maîtres : Mario Luraschi   Mar 5 Mar 2013 - 6:15

pimprenelle a écrit:
..mais pour certains une heure c'est 60 mn à cheval + 5 mn de pansage Rolling Eyes
Résultat d'une mauvaise éducation et d'une non présentation de ce qu'est l'équitation, au delà de ce qu'en pense les cavaliers la première fois!.................. geek
Un cours, c'est 60 minutes avec, autour , à côté et sur le cheval.........dans des proportions variables selon le message que l'on veut faire passer et variable d'une séance à l'autre..............
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon Quidam

avatar

Messages : 403
Date d'inscription : 08/03/2011
Age : 49
Localisation : pas de calais

MessageSujet: Re: à l'école des Maîtres : Mario Luraschi   Mar 5 Mar 2013 - 7:38


En même temps au cours de mes promenades dans divers clubs je n'ai pas entendu recommander de tirer-pousser...et on ne me l'a jamais demandé
Il y a effectivement des cavaliers qui poussent en étant pendus aux rênes. Est-ce sur le conseil de leur enseignant ou par défaut d'assiette ?

S'il y a défaut d'assiette on peut en rendre l'enseignant responsable...mais comment se faire l'assiette sans mise en selle ? Or la mise en selle est fatigante et lassante...

Apprendre l'alphabet en CP est aussi lassant et barbant, les instits font ils pour autant l'impasse dessus?

Vous n'avez jamais vu le tire-pousse préconisé en CE? Vous avez dû y aller sans vos oreilles...
"Mais cravache le donc!" c'est pas pour pousser? ...
"Tends tes rênes!" mais sans tirer?...
"insiste!" celle ci va dans les deux sens!
"mais lui arrache pas 3 molaires" ouf! L'honneur est sauf!

Des enseignants qui vous explique des principes ultra-basiques comme : "des bonnes mains sont des mains qui se ferment lentement et s'ouvrent très rapidement" en CE, je vous mets au défi de les trouver... Et pourtant, y'a même pas besoin de voir le couple cheval-cavalier pour savoir que la mise en application (ou son amélioration) de ce principe fait nécessairement progresser le couple.
J'ai testé pas mal de moniteurs avant de plaquer les CE certains même estimé "bons" par les galop 7 du lieu. Aucun ne m'a jamais expliqué ce principe, pourtant d'essence classique puisqu'il correspond sur le cheval monté à la fameuse descente de mains... geek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier



Messages : 473
Date d'inscription : 05/04/2010

MessageSujet: Re: à l'école des Maîtres : Mario Luraschi   Mar 5 Mar 2013 - 8:39

yveskatz a écrit:
pimprenelle a écrit:
..mais pour certains une heure c'est 60 mn à cheval + 5 mn de pansage Rolling Eyes
Résultat d'une mauvaise éducation et d'une non présentation de ce qu'est l'équitation, au delà de ce qu'en pense les cavaliers la première fois!.................. geek
Un cours, c'est 60 minutes avec, autour , à côté et sur le cheval.........dans des proportions variables selon le message que l'on veut faire passer et variable d'une séance à l'autre..............
Yves, je ne crois pas que tu changeras aussi simplement la mentalité des gens. Pas celle de ceux qui pratiquent une activité de loisir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog-equitation.fr
Mon Quidam

avatar

Messages : 403
Date d'inscription : 08/03/2011
Age : 49
Localisation : pas de calais

MessageSujet: Re: à l'école des Maîtres : Mario Luraschi   Mar 5 Mar 2013 - 8:43

Olivier a écrit:
yveskatz a écrit:
pimprenelle a écrit:
..mais pour certains une heure c'est 60 mn à cheval + 5 mn de pansage Rolling Eyes
Résultat d'une mauvaise éducation et d'une non présentation de ce qu'est l'équitation, au delà de ce qu'en pense les cavaliers la première fois!.................. geek
Un cours, c'est 60 minutes avec, autour , à côté et sur le cheval.........dans des proportions variables selon le message que l'on veut faire passer et variable d'une séance à l'autre..............
Yves, je ne crois pas que tu changeras aussi simplement la mentalité des gens. Pas celle de ceux qui pratiquent une activité de loisir.

On se demande bien d'où peut sortir la vague de "l'équitation éthologique" quand on lit ça... Rolling Eyes
Faut croire que quand les mentalités changent d'elle même, c'est les enseignants qui refusent de le voir. Peur de sortir de leur routine?
C'est tellement simple, après, d'accuser l'élève...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yveskatz

avatar

Messages : 2185
Date d'inscription : 02/02/2010
Age : 70
Localisation : seine et marne

MessageSujet: Re: à l'école des Maîtres : Mario Luraschi   Mar 5 Mar 2013 - 10:40

Olivier,
Si ma mémoire est bonne, tu es toi même un cavalier de loisir. N'as-tu pas évolué vers une équitation plus approfondie..; C'est vrai que c'est toi qui a fait la démarche, mais pour l'avoir vécu, tu peux, si tu le veux, développer cette soif d'observer, de comprendre, d'apprendre et de ressentir chez nombre de cavaliers.............Et n'allez pas me dire, les uns et les autres, que la mentalité de l'humain a radicalement changé. C'est bien souvent une excuse pour ceux qui ne veulent pas se fatiguer............ geek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier



Messages : 473
Date d'inscription : 05/04/2010

MessageSujet: Re: à l'école des Maîtres : Mario Luraschi   Mar 5 Mar 2013 - 11:18

Yves, j'ai très vite eu envie de progresser, d'apprendre, mais tous les cavaliers ne sont pas dans cet état d'esprit. Je ne dis pas qu'une démarche volontariste serait sans résultat, mais pour passer pas mal de temps avec des cavaliers de club âgés de 12/13 ans à + de 60 ans, je m'aperçois bien que beaucoup n'ont pas envie d'autre chose.

Un exemple : je n'utilise quasiment jamais d'enrênement sauf cas exceptionnel. J'ai pris seul cette décision il y a déjà un certain temps et mes enseignantes l'ont acceptée en voyant le résultat. Quand j'en parle aux cavaliers qui m'entourent en leur proposant de faire un effort et d'essayer de s'en passer, ils me répondent eux-même qu'en club, on met des enrênements. Alors certes, tu me diras qu'ils ont été formés comme ça, mais arrivés à un G6 ou +, ils devraient quand même se poser des questions... Mais voilà, c'est plus difficile, ça oblige à se remettre en question, à s'impliquer plus qu'ils ne le souhaitent apparemment. Tu en trouveras peut-être 1 sur 20, et encore, qui aura lu un autre bouquin d'équitation que ceux de préparation aux examens.

Encore une fois, ils viennent passer un moment agréable. Il ne faut pas que ça devienne trop compliqué ni contraignant. C'est du moins la conclusion à laquelle j'en suis arrivé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog-equitation.fr
fraxinus



Messages : 1079
Date d'inscription : 01/08/2011

MessageSujet: Re: à l'école des Maîtres : Mario Luraschi   Mar 5 Mar 2013 - 17:39

Mon Quidam a écrit:
Olivier a écrit:
yveskatz a écrit:
pimprenelle a écrit:
..mais pour certains une heure c'est 60 mn à cheval + 5 mn de pansage Rolling Eyes
Résultat d'une mauvaise éducation et d'une non présentation de ce qu'est l'équitation, au delà de ce qu'en pense les cavaliers la première fois!.................. geek
Un cours, c'est 60 minutes avec, autour , à côté et sur le cheval.........dans des proportions variables selon le message que l'on veut faire passer et variable d'une séance à l'autre..............
Yves, je ne crois pas que tu changeras aussi simplement la mentalité des gens. Pas celle de ceux qui pratiquent une activité de loisir.

On se demande bien d'où peut sortir la vague de "l'équitation éthologique" quand on lit ça... Rolling Eyes
Faut croire que quand les mentalités changent d'elle même, c'est les enseignants qui refusent de le voir. Peur de sortir de leur routine?
C'est tellement simple, après, d'accuser l'élève...

C'est pourquoi, je ne comprends pas que la FFE n'ait pas intégré « l'équitation éthologique »dans l'équitation traditionnelle, plutôt que de créer une branche spéciale « éthologie ». la demande est bien là.

Mon Quidam a écrit:
Vous n'avez jamais vu le tire-pousse préconisé en CE? Vous avez dû y aller sans vos oreilles...
"Mais cravache le donc!" c'est pas pour pousser? ...
"Tends tes rênes!" mais sans tirer?...
"insiste!" celle ci va dans les deux sens!
"mais lui arrache pas 3 molaires" ouf! L'honneur est sauf!

Mais comment et pourquoi en est-on arrivé à cette équitation « tire- pousse » qui tout le monde s'accorde, à juste titre, à dénigrer? Question
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fraxinus



Messages : 1079
Date d'inscription : 01/08/2011

MessageSujet: Re: à l'école des Maîtres : Mario Luraschi   Mar 5 Mar 2013 - 17:47

yveskatz a écrit:
Pour avoir pratiqué d'autres sports, faisant appel au contact avec un autre milieu( la plongée sous marine, comme l'équitation a pour nouveau milieu le cheval), je sais que les gens, si on leur explique correctement les tenants et les aboutissants, sont prêts à faire l'effort de l'apprentissage pour profiter au maximum du plaisir de l'activité pratiquée. Pourquoi en serai-il différemment en équitation?

Dans une vie antérieure, j'ai été amenée à chercher à convaincre des politiciens locaux de l'utilité de l'équitation pour les enfants des écoles d'un territoire. Les cours étaient payés par le département, il fallait que le territoire prenne en charge les transports.
Après mon topo, ils m'ont fait remarqué le parallèle entre l'équitation et le kayac ou l'escalade ou le parapente: le milieu différent , comme vous le soulignez.
Mais dans ces « milieux » le pratiquant apprend à gérer son corps dans un « élément », terre: la roche d'escalade, l'air et ses courants pour le parapente, l'eau vive pour le kayac. Mais il n'existe qu'une seule activité qui mettent en jeu un être vivant sur lequel on est « perché », un être vivant pensant qui peut avoir un projet personnel différent, une volonté propre. Il s'agit donc de s'en faire accepter et de le comprendre, et si la technique, la maîtrise de son corps et l'étude théorique est indispensable, elle ne suffit pas. Si nous avons besoin de comprendre l'eau, la terre ou l'air, ces éléments n'ont pas besoin de comprendre nos intentions et s'en « fichent ». L'équitation met en jeu une autre dimension: la communication intime avec un être vivant sensible, émotif, affectif, une dimension qui n'existe dans aucune autre activité sportive.
De plus (attention exotisme Wink ) apprendre à des enfants à monter à cheval, les obligent , malgré eux, à chercher à communiquer et donc à comprendre un être totalement différent. Ceci, avec le discours adapté de l'enseignant, peut leur apprendre à tolérer et à chercher à comprendre d'autres êtres, à la culture différente, et à vaincre leur appréhension face à toutes les différences, bref à mieux accepter l'Autre quel qu'il soit et à reculer les limites dues au racisme et à toutes formes d'intolérance.

yveskatz a écrit:
Et quand il s'agit d'enfants, ce sont les parents qu'il faut éduquer autant, sinon plus que leur progéniture.

« éduquer les parents » noble tâche et combien difficile, surtout pour des enseignants qui sont plus jeunes que les parents en question et ne sont pas forcément issus du même milieu social.
Dans ce métier, on met, trop peu, en avant la valeur éducative de l'équitation en général, au delà de l'apprentissage d'un sport.

yveskatz a écrit:
Et que tu sois salarié ou non ne change rien au problème. Il faut savoir ce que l'on veut... Et faire ce qu'il faut pour!J'ai été salarié presque toute ma vie! Et quand je ne pouvais pas faire mon travail correctement, je savais trouver une autre place!(Il est vrai que la situation était quelque peu différente de celle d'aujourd'hui, mais le travail bien fait est toujours récompensé!)..

Hélas, les patrons cherchent le profit à court terme, le travail bien fait, s'il ne rapporte pas de profits immédiats, sera rarement reconnu. Les exploiteurs ont de beaux jours devant eux. Depuis plus de 15ans, le CE où je travaillais, ne garde pas ses enseignants plus de 3 ans, la direction, malheureusement n'est pas prête de changer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle



Messages : 266
Date d'inscription : 20/11/2012

MessageSujet: Re: à l'école des Maîtres : Mario Luraschi   Mar 5 Mar 2013 - 18:57

Mon Quidam a écrit:

Vous n'avez jamais vu le tire-pousse préconisé en CE? Vous avez dû y aller sans vos oreilles...
"Mais cravache le donc!" c'est pas pour pousser? ...si le cavalier est aussi tonique qu'un shamallow en désespoir de cause il ne reste plus que les aides artificielles
"Tends tes rênes!" mais sans tirer?... des rênes ajustées ne sont pas pires que des rênes en guirlande qui tapent sur la bouche à chaque foulée

Si ces conseils douteux déplaisent on peut ne pas les appliquer, s'y prendre autrement pour montrer que c'est possible et s'en expliquer après, non ?

A ce que dit Olivier les enseignants ne sont pas toujours fermés à toute suggestion !!!

Tous les enseignants ne sont pas excellents. En revanche c'est exagéré de les qualifier tous de mauvais. Si vous n'avez rencontré que ceux-là, Mon Quidam, c'est un vrai manque de chance
Il n'est pas question non plus d'accuser uniquement l'élève, mais de lui reconnaître une part de responsabilité : dans une même classe de CP certains enfants savent "lire" au bout de 6 mois, d'autres non

Olivier a écrit:
en club, on met des enrênements

ça sécurise les cavaliers ; d'où parfois leur répugnance à s'en passer
sans compter ceux pour qui ça fait bien Rolling Eyes

yveskatz a écrit:
C'est bien souvent une excuse pour ceux qui ne veulent pas se fatiguer
.

En quoi sont-ils critiquables s'ils ont intégré les fondamentaux ?
Vous parlez de plongée. Sauf erreur il y a 4 niveaux de pratiquant. Combien vont jusqu'au 4 ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon Quidam

avatar

Messages : 403
Date d'inscription : 08/03/2011
Age : 49
Localisation : pas de calais

MessageSujet: Re: à l'école des Maîtres : Mario Luraschi   Mar 5 Mar 2013 - 19:24

[quote="pimprenelle"]
Mon Quidam a écrit:

Vous n'avez jamais vu le tire-pousse préconisé en CE? Vous avez dû y aller sans vos oreilles...
"Mais cravache le donc!" c'est pas pour pousser? ...si le cavalier est aussi tonique qu'un shamallow en désespoir de cause il ne reste plus que les aides artificielles

affraid Mais quelle absolue hérésie!
Si le cavalier est aussi tonique qu'un shamallow et par conséquent le cheval aussi, alors le cheval obéit à son cavalier! Faut-il être abruti pour l'en punir! Et avec quelles conséquences sur l'ensemble de son comportement! No
La seule bonne solution consiste à apprendre à gérer son énergie et à la communiquer correctement au cheval.
C'est ultra basique!
Et tellement plus fondamental pour la suite que de contraindre le cheval par la brutalité à désobéir à l'ordre donné par le cavalier!
Voilà typiquement un expédient qui fait RÉGRESSER et le cheval et le cavalier! Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: à l'école des Maîtres : Mario Luraschi   

Revenir en haut Aller en bas
 
à l'école des Maîtres : Mario Luraschi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Mario Luraschi - 15 au 18 novembre
» Stage Mario Luraschi
» Le monde de Mario Luraschi ...
» Mario adore les sedums !!!
» Le quotidien avec un poulain..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EDUCAVAL :: Sciences hippiques et équitation :: Techniques équestres-
Sauter vers: