CE QUI SE CONÇOIT BIEN S'ÉNONCE CLAIREMENT. ET LES MOTS POUR LE DIRE ARRIVENT AISÉMENT (BOILEAU)
 
AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexionDossiersLiens

Partagez | 
 

 la progression du cavalier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Mon Quidam

avatar

Messages : 403
Date d'inscription : 08/03/2011
Age : 49
Localisation : pas de calais

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Ven 15 Fév 2013 - 9:47

Rolling Eyes Vu que TOUS les urbains sont des passionnées d'équitation... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier



Messages : 473
Date d'inscription : 05/04/2010

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Ven 15 Fév 2013 - 10:20

Ah... ma solution ne vous convient pas ?
C'est que, emballé par votre idée géniale, je me disais que si tant de gens essayent de sortir des villes le week-end, pour l'équitation, pour ceci ou cela... autant prendre une décision radicale.
Pour les parachutistes et autres fous volants, j'envisageais même des maisons dans les nuages...
Bon, eh bien tant pis, je vais continuer d'être un affreux et de pratiquer l'équitation tout en vivant en ville, comme l'immense majorité des équitants probablement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog-equitation.fr
Maryan

avatar

Messages : 291
Date d'inscription : 16/03/2011
Age : 48
Localisation : Côte d'Or

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Ven 15 Fév 2013 - 11:12

daffos a écrit:
...
L'obstacle, pour nous, c'est 80% de travail sur le plat...toute la gamme du travail en "basse école"...je suis certain que vous êtes d'accord avec nous !

Absolument.


Pimprenelle, je ne m'adresserais pas à la fédé. Certains ont la vocation d'enseigner, d'autres non, certains ont la vocation de combattre, d'autres non, certains ont la vocation de partager, etc...
Bref, je n'ai pas du tout vocation à me faire l'étendard d'une revendication à la FFE. J'ai juste envie de profiter des mes chevaux dans le calme d'une campagne verdoyante, dans une écurie conviviale, avec quelques prétentions équestre perso, habitant un village et travaillant en smicarde + en ville Laughing ...Je fais juste partie de ceux qui se donne les moyens d'accèder à leur passion dans les conditions auxquelles j'aspire et c'est déjà un sacré investissement personnel ! C'est égoïste peut-être mais je ne vois pas en quoi j'aurais plus d'oligations que d'autres de faire un truc qui ne m'intéresse pas : partir en croisade. Car certains le font avec passion, talent et conviction, je les encourage, les félicite et leur souhaite courage et réussite, très sincérement. Je ne fais pas partie de ceux là.
Jetémoigne que la belle équitation et l'enseignement de qualité existe encore....tout n'est pas tout perdu..là s'arrête mon rôle. Very Happy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lalicornededarshan.over-blog.com/
Mon Quidam

avatar

Messages : 403
Date d'inscription : 08/03/2011
Age : 49
Localisation : pas de calais

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Ven 15 Fév 2013 - 14:33

Olivier a écrit:
Ah... ma solution ne vous convient pas ?
C'est que, emballé par votre idée géniale, je me disais que si tant de gens essayent de sortir des villes le week-end, pour l'équitation, pour ceci ou cela... autant prendre une décision radicale.
Pour les parachutistes et autres fous volants, j'envisageais même des maisons dans les nuages...
Bon, eh bien tant pis, je vais continuer d'être un affreux et de pratiquer l'équitation tout en vivant en ville, comme l'immense majorité des équitants probablement.

Hé bien, édifiant discours... No comment.

L'immense majorité des equitants n'ont pas leur chevaux en ville, encore moins en CE.
Il suffit pour s'en rendre compte de regarder où se trouve les chevaux.

Débat clos pour moi. Inutile de te ridiculiser avec d'autres inepties puériles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier



Messages : 473
Date d'inscription : 05/04/2010

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Ven 15 Fév 2013 - 18:25

C'est sûr que vouloir envoyer vivre les équitants à la campagne est une idée hautement intellectuelle !
Et les récalcitrants, on leur interdit simplement l'équitation ou on les met dans des camps de rééducation ? Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog-equitation.fr
pimprenelle



Messages : 266
Date d'inscription : 20/11/2012

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Ven 15 Fév 2013 - 18:31

cool Olivier, le sujet ne vaut pas qu'on se dispute

extrait d'une enquête sofres; son défaut : elle est un peu ancienne (2007) ; sa qualité : elle concerne tous les types d'équitants (le sujet intéresse beaucoup la fédération qui voudrait bien récupérer les indépendants)

Citation :
A la question combien y a-t-il de cavaliers en France, notre enquête permet d’affirmer que 2,2 millions de personnes (6 ans et +) pratiquent l’équitation.
Une majorité de cavaliers pratiquent de manière occasionnelle (67%). Un quart d'entre eux est très assidu et pratique au moins une fois par semaine.
La population des pratiquants réguliers et mensuels (800 000 individus) est composée en majorité de filles / femmes (71 %), de jeunes (50 % de moins de 18 ans) et vivent en petites agglomérations ou villes rurales. Parmi ces cavaliers, 560 000 sont propriétaires de leurs chevaux

Le centre équestre, premier lieu de pratique de l'équitation
Le centre équestre est pour l’écrasante majorité le premier lieu de pratique, particulièrement pour les réguliers+mensuels. Les occasionnels ont davantage débuté dans des lieux moins attendus (fête, parc d’attraction, ferme, etc.) Aujourd’hui, les cavaliers réguliers+mensuels montent pour 60% d’entre eux uniquement en centre équestre ; 15% ne montent jamais en centre équestre et 25% montent à la fois en dehors et dans un centre équestre. Les cavaliers occasionnels montent aussi principalement en centre équestre, mais 30% n'y montent jamais..

voilà pour les stats, on en fait ce qu'on veut

Maryan a écrit:
Pimprenelle, je ne m'adresserais pas à la fédé.

c'était une plaisanterie, Maryan Wink

yveskatz a écrit:
Parce que vous croyez qu'il y a cinquante ans, on gagnait des millions comme enseignant?

euh...non, je ne suis pas si niaise Laughing il y avait même dans les années 80 quelques enseignants dûment diplômés qui animaient des CE gratuitement, un métier leur permettant de gagner leur vie

aujourd'hui les mentalités ont changé, les CE ne sont plus des assos mais des entreprises, ces gens seraient accusés de travail dissimulé...fin des bonnes volontés passionnées

au sujet des tarifs des leçons, ils sont à peu de chose près les mêmes partout ; la fédé a peut-être indiqué aux dirigeants de CE un montant abordable pour la majorité ; la différence d'un CE à l'autre se fait sur les pensions (là c'est vraiment le grand écart)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier



Messages : 473
Date d'inscription : 05/04/2010

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Ven 15 Fév 2013 - 18:44

pimprenelle a écrit:
cool Olivier, le sujet ne vaut pas qu'on se dispute
Bien sûr, je suis d'ailleurs assez stupide d'essayer de discuter avec quelqu'un qui a déjà manifesté sa haine des enseignants de la FFE au point de se réjouir d'un accident. Dès lors pourquoi suis-je même encore capable de m'étonner d'une proposition aussi absurde ? Comme ils ont de la chance ces gens qui ont de telles certitudes et des avis définitifs sur tout... ils ne risquent pas le surmenage intellectuel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog-equitation.fr
yveskatz

avatar

Messages : 2185
Date d'inscription : 02/02/2010
Age : 70
Localisation : seine et marne

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Ven 15 Fév 2013 - 19:26

Moi qui ai toujours pensé que Educaval était capable de se démarquer d'autres forums,de par le respect dont les intervenants feraient preuve entre eux!..........
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
daffos

avatar

Messages : 636
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 88
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Ven 15 Fév 2013 - 22:51

pimprenelle a écrit:

Le centre équestre, premier lieu de pratique de l'équitation
Le centre équestre est pour l’écrasante majorité le premier lieu de pratique, particulièrement pour les réguliers+mensuels. Les occasionnels ont davantage débuté dans des lieux moins attendus (fête, parc d’attraction, ferme, etc.) Aujourd’hui, les cavaliers réguliers+mensuels montent pour 60% d’entre eux uniquement en centre équestre ; 15% ne montent jamais en centre équestre et 25% montent à la fois en dehors et dans un centre équestre. Les cavaliers occasionnels montent aussi principalement en centre équestre, mais 30% n'y montent jamais..

Merci Pimprenelle..et je comprend encore mieux pourquoi le niveau équitant n'arrête pas de dégringoler...(je me suis permis de souligner la phrase qui motive ma répartie)...en ajoutant que ce n'est nullement la faute des enseignants...ils sont obligés d'être dans le moule !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.equi-midi.fr
pimprenelle



Messages : 266
Date d'inscription : 20/11/2012

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Sam 16 Fév 2013 - 0:35

bah oui, la plupart d'entre nous commencent et continuent en CE...quoi qu'on puisse en penser c'est souvent difficile de faire autrement même en étant propriétaire

Pour le moule je ne sais que dire; les enseignants que je connais sont calmes et expliquent clairement, on ne m'a jamais demandé de "tirer dessus et rentrer dedans". Ils sont orientés obstacle, enchainent largement plus qu'1,20 mais insistent sur l'importance du travail sur le plat...sortiraient-ils d'un moule brisé ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
daffos

avatar

Messages : 636
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 88
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Sam 16 Fév 2013 - 10:06

pimprenelle a écrit:
bah oui, la plupart d'entre nous commencent et continuent en CE...quoi qu'on puisse en penser c'est souvent difficile de faire autrement même en étant propriétaire

Pour le moule je ne sais que dire; les enseignants que je connais sont calmes et expliquent clairement, on ne m'a jamais demandé de "tirer dessus et rentrer dedans". Ils sont orientés obstacle, enchainent largement plus qu'1,20 mais insistent sur l'importance du travail sur le plat...sortiraient-ils d'un moule brisé ?

Le moule se brise un peu plus chaque jour dans le microcosme équitant....J'ai l'impression que vos moniteurs sont les exeptions qui confirment la règle..Le monitorat se délivre aprés quelques mois de stage....pour le meilleur c'est environ un niveau G7...c'est nettement insuffisant pour prétendre enseigner des techniques de dressage a des débutants..Or c'est ce que doit faire un moniteur qui se respecte, dresser et travailler les chevaux de clubs afin d'offrir les meilleures chances de progression a leurs élèves ..

Et question pédagogie, expliquer et faire comprendre a des élèves les techniques de l'équitation faut il encore qu'ils les aient eux mêmes parfaitement digérées, et cela demande des années de travail et non quelques mois...ou alors, il ne s'agit que d'enseignement théorique, enseignement qui est alors a la portée de tout le monde...

En tout les cas Pimprenelle si vous avez des moniteurs dans votre CE qui sont capables de monter des tours propres a plus de 120 avec ce que ça représente comme travail sur le plat restez dans ce club car cette qualité se fait de plus en plus rare ...

On ne fait pas faire des tours propres a + de 120 a des chevaux de clubs en étant un simple "animateur"...on est là en présence de "vrais" moniteurs !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.equi-midi.fr
pimprenelle



Messages : 266
Date d'inscription : 20/11/2012

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Sam 16 Fév 2013 - 21:00

daffos a écrit:

En tout les cas Pimprenelle si vous avez des moniteurs dans votre CE qui sont capables de monter des tours propres a plus de 120 avec ce que ça représente comme travail sur le plat restez dans ce club car cette qualité se fait de plus en plus rare ...

On ne fait pas faire des tours propres a + de 120 a des chevaux de clubs en étant un simple "animateur"...on est là en présence de "vrais" moniteurs !

Embarassed les tours à 130 c'est avec leurs chevaux sur lesquels je ne me poserais pas pour un empire : ils sont très réactifs à la moindre erreur. J'en ai fait tourner un à la longe, sous surveillance, une petite faute de main a suffi à le faire partir dans des galipettes peu engageantes

pour vous donner une idée, je pense que ce sont des personnes comparables à Didier V dont vous avez mis une vidéo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
daffos

avatar

Messages : 636
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 88
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Dim 17 Fév 2013 - 0:28

S'occupent ils de travailler les chevaux de club ?..

Quand a leurs chevaux et vous dites qu'il ne vous viendrait pas a l'idée de les monter, , ce n'est pas, pour moi une qualité de leur dressage...
A part les chevaux de très haut niveau d'obstacles (la plus part "entier") et qui sont pour certains in montables par le commun des équitants, un cheval de moniteurs devrait être a la portée du premier cavalier(ière) "normal" venu...Le principe du dressage étant avant tout d'obtenir "le calme" d'autant plus quand il s'agit de cheval de sport...

Bon, difficile de se prononcer sans connaitre...Je ne m'aventurerai pas plus loin dans mes réflexions !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.equi-midi.fr
pimprenelle



Messages : 266
Date d'inscription : 20/11/2012

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Jeu 21 Fév 2013 - 17:43

daffos a écrit:
S'occupent ils de travailler les chevaux de club ?..

Quand a leurs chevaux et vous dites qu'il ne vous viendrait pas a l'idée de les monter, , ce n'est pas, pour moi une qualité de leur dressage...
A part les chevaux de très haut niveau d'obstacles (la plus part "entier") et qui sont pour certains in montables par le commun des équitants, un cheval de moniteurs devrait être a la portée du premier cavalier(ière) "normal" venu...Le principe du dressage étant avant tout d'obtenir "le calme" d'autant plus quand il s'agit de cheval de sport...

Bon, difficile de se prononcer sans connaitre...Je ne m'aventurerai pas plus loin dans mes réflexions !

comme après mûre réflexion je ne citerai ni noms ni palmares Wink on va rester dans les généralités

pour quand même vous répondre :
n'étant pas avec eux dès 7 h du matin, ne les ayant pas questionnés sur le sujet j'ignore s'ils montent les chevaux de club
les chevaux correspondent tout à fait à ce que vous décrivez...à part qu'il y a aussi des juments Wink

le sujet est allé dans tous les sens en partie par ma faute : j'aurais dû mieux le cadrer dès le début

voilà ce qui me pose question quant à la progression du cavalier :
- peut-on réellement progresser en ne pratiquant qu'au plus 2 h/semaine, ce qui semble être l'horaire syndical Laughing
- si un cheval bien mis permet de découvrir des choses, le cheval moins bien mis n'a-t-il pas aussi son utilité : permettre de vérifier si on a assimilé ces choses ?
- jusqu'où doit aller la progression du cavalier ?
* faut-il chercher absolument à reculer toujours plus loin les limites, quitte à lasser un cavalier sans prétentions ?
* à partir de quels savoir-faire ce cavalier sans prétentions peut-il s'estimer correct ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle



Messages : 266
Date d'inscription : 20/11/2012

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Jeu 21 Fév 2013 - 17:48

[quote="pimprenelle"]
daffos a écrit:
S'occupent ils de travailler les chevaux de club ?..

Quand a leurs chevaux et vous dites qu'il ne vous viendrait pas a l'idée de les monter, , ce n'est pas, pour moi une qualité de leur dressage...
A part les chevaux de très haut niveau d'obstacles (la plus part "entier") et qui sont pour certains in montables par le commun des équitants, un cheval de moniteurs devrait être a la portée du premier cavalier(ière) "normal" venu...Le principe du dressage étant avant tout d'obtenir "le calme" d'autant plus quand il s'agit de cheval de sport...

Bon, difficile de se prononcer sans connaitre...Je ne m'aventurerai pas plus loin dans mes réflexions !

comme après mûre réflexion je ne citerai ni noms ni palmares Wink on va rester dans les généralités

pour quand même vous répondre :
n'étant pas avec eux dès 7 h du matin, ne les ayant pas questionnés sur le sujet j'ignore s'ils montent les chevaux de club
leurs chevaux correspondent tout à fait à votre description...à part qu'il y a des juments dans le lot Wink

le sujet est allé dans tous les sens en partie par ma faute : j'aurais dû mieux le cadrer dès le début

voilà ce qui me pose question quant à la progression du cavalier :
- peut-on réellement progresser en ne pratiquant qu'au plus 2 h/semaine, ce qui semble être l'horaire syndical Laughing
- si un cheval bien mis permet de découvrir des choses, le cheval moins bien mis n'a-t-il pas aussi son utilité : permettre de vérifier si on a assimilé ces choses ?
- jusqu'où doit aller la progression du cavalier ?
* faut-il chercher absolument à reculer toujours plus loin les limites, quitte à lasser un cavalier sans prétentions ?
* à partir de quels savoir-faire ce cavalier sans prétentions peut-il s'estimer correct ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yveskatz

avatar

Messages : 2185
Date d'inscription : 02/02/2010
Age : 70
Localisation : seine et marne

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Jeu 21 Fév 2013 - 18:21

pimprenelle a écrit:
[
voilà ce qui me pose question quant à la progression du cavalier :
- peut-on réellement progresser en ne pratiquant qu'au plus 2 h/semaine, ce qui semble être l'horaire syndical Laughing
Bien sûr que l'on peut toujours progresser .Mais il faut accepter que les progrès soient en relation avec le temps passé avec les chevaux, à côté et dessus
Il faut aussi être conscient que l'on peut progresser en étant loin du cheval, chez soi en travaillant sa position, sa gestuelle, sa respiration et en se rappelant et en cherchant à comprendre ce que l'on a fait à cheval.

- si un cheval bien mis permet de découvrir des choses, le cheval moins bien mis n'a-t-il pas aussi son utilité : permettre de vérifier si on a assimilé ces choses ?
Chaque cheval , avec ses qualités, sera utilisé pour une compétence bien précise à acquérir :un cheval calme aux trois allures servira à acquérir la maîtrise de son corps et à comprendre le langage des aides. Un cheval, plus éduqué apprendra à sentir les différents équilibres possibles.......

- jusqu'où doit aller la progression du cavalier ?
Jusqu'à la limite qu'autorise ses moyens et ceux de son cheval. J'ai connu des cavaliers qui mettaient deux heures à acquérir ce que d'autres mettaient une année à comprendre. mais tous trouvaient plaisir à ce qu'on leur proposait. S'adapter à son élève, tout en cherchant à le faire aller plus loin, tel est le secret d'un enseignement réussi.
* faut-il chercher absolument à reculer toujours plus loin les limites, quitte à lasser un cavalier sans prétentions ?
Pas nécessairement reculer les limites,mais affiner les ressentis et le sentiment du cheval
* à partir de quels savoir-faire ce cavalier sans prétentions peut-il s'estimer correct ?
Savoir prendre en charge son cheval, savoir le connaitre, le comprendre pour mieux parfaire les échanges dans la / les discipline(s) choisie(s)


L'important :se faire plaisir et partager avec son cheval les joies de l'équitation, dans le respect de l'intégrité physique et morale de son compagnon............... geek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fraxinus



Messages : 1079
Date d'inscription : 01/08/2011

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Jeu 21 Fév 2013 - 18:51

pimprenelle a écrit:
- peut-on réellement progresser en ne pratiquant qu'au plus 2 h/semaine, ce qui semble être l'horaire syndical
Pour progresser , il vaut mieux ne serait-ce qu'une heure par semaine que pas du tout. Plus sérieusement , je pense qu'on peut progresser honorablement en pratiquant 2 heures par semaines. J'ai même vu des cavaliers qui, n'ayant pu monter plusieurs semaines d’affilée, avait progresser dans leur pratique par rapport au stade où ils en étaient avant de s'arrêter. Comme si leur temps d'arrêt leur avait permis d'assimiler et d'ancrer leurs acquis précédents. Avant d'avoir acquis une certaine aisance à cheval, je ne sais si monter tous les jours est vraiment profitable. Il faut se donner du temps pour assimiler la technique dans ses "tripes". Mais il est certain que lorsque l'équilibre à cheval est là, plus on pratique, plus on progresse.


pimprenelle a écrit:
- si un cheval bien mis permet de découvrir des choses, le cheval moins bien mis n'a-t-il pas aussi son utilité : permettre de vérifier si on a assimilé ces choses ?
C'est certain, mais dans un piquet de chevaux bien mis, il se trouve différentes personnalités, de celui qui obéit surtout au moniteur à celui plus susceptible qui ne fera que si les aides du cavalier sont parfaitement en place.
Le cheval moins bien mis aura besoin d'un cavalier susceptible de l'aider à progresser. L'enseignant saura choisir dans sa reprise, quel cavalier pourra le faire progresser ou tout au moins ne pas « casser » ses acquis. Le cheval moins bien mis pourra également montrer au cavalier présomptueux le chemin qui lui reste à parcourir.


pimprenelle a écrit:

- jusqu'où doit aller la progression du cavalier ?
* faut-il chercher absolument à reculer toujours plus loin les limites, quitte à lasser un cavalier sans prétentions ?
* à partir de quels savoir-faire ce cavalier sans prétentions peut-il s'estimer correct ?
Seul le dialogue entre le cavalier et l'enseignant permettra de répondre à ces questions.
Ex: mon instructeur savait parfaitement s'adapter aux demandes. Deux fois par semaine 1 reprise était consacrée à un groupe d'adultes qui voulaient passer un bon moment ensemble en cours et après, pour pouvoir sortir en randonnée tranquille entre amis avec bon restau ou bon pique-nique à la belle saison, ambiance décontractée et conviviale dans le respect du cheval, c'était le but qu'ils s'étaient fixés, donc sans prétention. Aucun d'entre eux ne voulait être propriétaire d'un cheval, mais chacun avait son favori, et ne montait que celui-là, qu'il gâtait à outrance. La capacité d'adaptation de cet instructeur à sa clientèle, garantissait la fidélisation des cavaliers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
daffos

avatar

Messages : 636
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 88
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Jeu 21 Fév 2013 - 23:16

pimprenelle a écrit:


le sujet est allé dans tous les sens en partie par ma faute : j'aurais dû mieux le cadrer dès le début

voilà ce qui me pose question quant à la progression du cavalier :

- peut-on réellement progresser en ne pratiquant qu'au plus 2 h/semaine, ce qui semble être l'horaire syndical Laughing tout dépend de la motivation...OUI si on veut seulement se "balader" a cheval...NON si on veut aller plus loin et quelque soit la direction envisagée...

- si un cheval bien mis permet de découvrir des choses, le cheval moins bien mis n'a-t-il pas aussi son utilité : permettre de vérifier si on a assimilé ces choses ? ...tout dépend de la qualité du cavalier...si elle est "respectable" les deux cas seront pour lui...si elle est simplement "élémentaire" le premier cas le concerne et seulement celui là!

- jusqu'où doit aller la progression du cavalier ?...directement proportionnelle a l'ambition (et au moyens) du cavalier.

* faut-il chercher absolument à reculer toujours plus loin les limites, quitte à lasser un cavalier sans prétentions ?...la plus part du temps les prétentions de l'élève sont directement proportionnelles la aussi a la qualité du savoir ET de la pédagogie de l'enseignant...c'est lui, l'enseignant et lui seul, qui permettra a l'élève de "s'intéresser" toujours un peu plus a ce qu'il fait et sans que celui ci s'en aperçoive !

* à partir de quels savoir-faire ce cavalier sans prétentions peut-il s'estimer correct ?...désolé je ne comprend pas la question.

Dans tout cela je considère qu'il a le cheval adéquat.....
.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.equi-midi.fr
daffos

avatar

Messages : 636
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 88
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Jeu 21 Fév 2013 - 23:26

Pimprenelle...vous êtes enseignante je crois...et si vous nous disiez vos réponses personnelles a vos propres questions ?....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.equi-midi.fr
Maryan

avatar

Messages : 291
Date d'inscription : 16/03/2011
Age : 48
Localisation : Côte d'Or

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Ven 22 Fév 2013 - 13:33

Je rejoins Yves en tous points.
et je contribue à mon tour Laughing
- peut-on réellement progresser en ne pratiquant qu'au plus 2 h/semaine, ce qui semble être l'horaire syndical ?
. Oui, on progresse si on travaille, si on s'interroge, si on cherche, si on a un travail construit. Si le travail est de qualité, la progression sera effectivement plus rapide avec un rythme soutenu. On progressera aussi, juste plus lentement, avec un rythme light. Si on fait n'importe quoi en montant tous les jours, on ne progressa pas, si on demande mal et trop, on blasera le cheval, on développera des problèmes physiques, etc... La question fondamentale est donc bien dans la qualité du travail au delà de sa fréquence.

* si un cheval bien mis permet de découvrir des choses, le cheval moins bien mis n'a-t-il pas aussi son utilité : permettre de vérifier si on a assimilé ces choses ?
Tous les chevaux enrichissent notre savoir équestre si nous sommes bien accompagnés pédagogiquement. Pour l'avoir vécu, je peux garantir qu'un bon enseignant peut faire progresser un cavalier débutant avec un cheval débutant en conciliant dans sa trasmission du savoir le "apprendre" (au cavalier) et "faire apprendre" (du cavalier au cheval). Alors ça va beaucoup moins vite que d'apprendre sur un cheval qui sait, c'est évident, mais mon Dieu que cela est enrichissant ! Quel bonheur de franchir ensemble (cavalier et sa monture) des caps techniques ! Et au niveau de la relation, je trouve ça particuliérement argéable.

* jusqu'où doit aller la progression du cavalier ?
mot pour mot la réponse d'Yves !

* faut-il chercher absolument à reculer toujours plus loin les limites, quitte à lasser un cavalier sans prétentions ?
Non, pas absolument car si le travail équestre appelle à mon sens automatiquement une certaine rigueur que doit transmettre l'enseignant, il convient à mon sens plutôt de s'assurer que les limites relèvent d'objectifs personnels atteints, de limites physiques cavalier ou cheval et surtout pas de craintes qu'une bonne approche pédagogique ne saurait alors résoudre.

* à partir de quels savoir-faire ce cavalier sans prétentions peut-il s'estimer correct ?
L'autonomie équestre. Avoir des réponses techniques et comportementales adaptées à la gestion de l'animal Cheval dans la (les) discipline(s) choisie(s) et ceci afin d'assurer le minimum nécessaire en terme de sécurité ET de plaisir.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lalicornededarshan.over-blog.com/
pimprenelle



Messages : 266
Date d'inscription : 20/11/2012

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Mar 26 Fév 2013 - 23:30

que trois copies ? tant mieux !!!!

commentaire demain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier



Messages : 473
Date d'inscription : 05/04/2010

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Mar 26 Fév 2013 - 23:44

pimprenelle a écrit:
que trois copies ? tant mieux !!!!
J'aurais dis 4... mais les chiffres, c'est comme les chevaux, on peut leur faire dire ce qu'on veut ! Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog-equitation.fr
pimprenelle



Messages : 266
Date d'inscription : 20/11/2012

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Mer 27 Fév 2013 - 23:12

Olivier a écrit:

J'aurais dis 4... mais les chiffres, c'est comme les chevaux, on peut leur faire dire ce qu'on veut ! Laughing

oui,enfin 3,5 : y en a 2 qui ont copié Twisted Evil

la vérité c'est qu'il y a des jours à bourdes....hier en était un Laughing

Tout à fait Daffos, je bosse dans la formation pour un public d'adultes (record 52 ans) dont les attentes sont très diverses

Pour revenir à mes questions oiseuses vous me semblez tous du même avis : plaisir, capacités ou motivations (objectifs Wink ) du cavalier, rôle incitateur de l'enseignant, réflexion consciente (Maryan) ou inconsciente (Fraxinus) et je suis tout à fait d'accord

Je m'interroge sur la possibilité de réunir tout cela dans un CE moderne où les choses sont réglées comme papier à musique : au bout d'un an galop 1 et la suite à l'avenant.
Un modèle calqué sur le système scolaire avec la même conséquence : abandonner du monde au bord de la route au fil du temps, laisser ainsi échapper des talents potentiels parce qu'ils ont démarré moins vite que d'autres ou connu un moment de stagnation

Pour ceux qui ont pu me lire ici ou ailleurs, non, je ne retourne pas ma veste. Je constate aussi qu'entre par exemple un G4 et un Eperon de bronze il y a un monde, en particulier dans le domaine des soins élémentaires du cheval. Comme les cavaliers ne sont pas brusquement devenus stupides ou fumistes, ni les enseignants ignares sur ces choses basiques, il ne peut plus y avoir qu'une origine à la situation : un système trop rigide

daffos a écrit:
* à partir de quels savoir-faire ce cavalier sans prétentions peut-il s'estimer correct ?...désolé je ne comprend pas la question.

il s'agit de ce type de personnes :

fraxinus a écrit:
un groupe d'adultes qui voulaient passer un bon moment ensemble en cours et après, pour pouvoir sortir en randonnée tranquille entre amis avec bon restau ou bon pique-nique à la belle saison, ambiance décontractée et conviviale dans le respect du cheval

peut-on donner des observables ? quand un enseignant peut-il donner le feu vert sans prendre ou faire courir trop de risques (sachant que le risque 0 n'existe pas) En partant du principe que le cheval est adapté à son cavalier que faut-il savoir précisément faire pour au cours d'une telle journée

Yves Katz a écrit:
se faire plaisir et partager avec son cheval les joies de l'équitation, dans le respect de l'intégrité physique et morale de son compagnon.


En suivant le sujet de Soniafleur j'ai l'impression que nous tournons autour des mêmes choses. J'avais ouvert celui-ci pour éviter de mettre les enseignants sur la sellette, avec peu de capacités à les défendre. Soniafleur en tant qu'enseignante connait le système de l'intérieur, elle peut argumenter




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fraxinus



Messages : 1079
Date d'inscription : 01/08/2011

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Ven 1 Mar 2013 - 13:10

pimprenelle a écrit:
fraxinus a écrit:
un groupe d'adultes qui voulaient passer un bon moment ensemble en cours et après, pour pouvoir sortir en randonnée tranquille entre amis avec bon restau ou bon pique-nique à la belle saison, ambiance décontractée et conviviale dans le respect du cheval

peut-on donner des observables ? quand un enseignant peut-il donner le feu vert sans prendre ou faire courir trop de risques (sachant que le risque 0 n'existe pas) En partant du principe que le cheval est adapté à son cavalier que faut-il savoir précisément faire pour au cours d'une telle journée

Bon je me lance sur ce qu'il faut savoir faire pour participer à une randonnée d'une journée.

Pré requis: chaque cavalier se voit attribuer un cheval avec lequel il s'entend et qu'il apprécie suffisamment pour rester à sa place pendant la randonnée et donc résister à la tentation de changer de place pour discuter avec l'un ou l'autre des cavaliers.

Savoir:
Aborder un cheval, le sortir du boxe ou du pré, l'attacher,le panser, déceler les éventuels problèmes physiques simples, pieds compris.
Arnacher son cheval: ce qui comprend le licol et son nœud d'encolure, la pose de la selle et l'équilibrage des sacoches s'il y en a.
Prévoir l'équipement du cavalier en fonction de la météo de la journée et le petit équipement indispensable: cure pied de poche, bouchon, couteau suisse ect....

L'enseignant décide du départ à pied et du moment où les cavaliers se mettront à cheval et vérifiera les harnachements après le premier sanglage.
Marcher avec son cheval en main.

Re sangler à cheval sans lâcher son étrier.
Tenir à cheval aux 3 allures en équilibre.
Tenir sa place dans le groupe sans être trop près du cheval précédent.
Aider son cheval dans les pentes.
Franchir une rigole, une marche (tout petit contre haut ou contre bas) une flaque.
Rester sur le bas côté d'une route.
Sentir la régularité des allures pour desceller le plus tôt possible un problème de boiterie.
Pouvoir franchir les éventuels « obstacles » avec un cheval en main.
Rester attentif à tous les chevaux lors des pauses brouttage ou boisson.

À la pause de midi:
Attacher son cheval à la ligne d'attache, ou autre sans risquer la prise de longe, à la place qui lui est impartie, ou, ouvrir et fermer une clôture avec un cheval en main si des paddocks sont à disposition.
Vérifier l'état du boxe attribué au cheval.
Enlever le harnachement, vérifier l'état du cheval et le masser.
Abreuver le cheval et lui donner sa ration.
Reconnaître les signes d'inquiétude ou autres des chevaux lors de son tour de garde.
Se garder des excès de table. drunken

Bon j'en oublie certainement voilà plus de 10 ans que je n'ai pas emmené de randonnée. Les randonneurs et autres ATE ou guides corrigeront et complèteront. pale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bénédicte Desgroux

avatar

Messages : 290
Date d'inscription : 08/04/2010
Age : 55
Localisation : Buthiers (77)

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Dim 3 Mar 2013 - 13:04

La progression du cavalier tient à chaque individu, c'est à l'enseignant de conduire cette progression au cas par cas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.equitathome.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: la progression du cavalier   

Revenir en haut Aller en bas
 
la progression du cavalier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'ECHELLE DE PROGRESSION
» VOS photos de couples cavalier-cheval
» Junior, Cavalier King Charles de juillet 2006
» Couple cavalier/cheval
» Recherche cavalier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EDUCAVAL :: Enseignement et compétition :: Questions aux enseignants-
Sauter vers: