CE QUI SE CONÇOIT BIEN S'ÉNONCE CLAIREMENT. ET LES MOTS POUR LE DIRE ARRIVENT AISÉMENT (BOILEAU)
 
AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexionDossiersLiens

Partagez | 
 

 la progression du cavalier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
pimprenelle



Messages : 266
Date d'inscription : 20/11/2012

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Mar 12 Fév 2013 - 22:54

Olivier a écrit:
Quand il y a de l'argent en jeu, disons que certains s’assoient facilement sur la loyauté...

Déjà à petit niveau, on voit et on entend parfois des trucs qui ne relèvent pas que de l'incompétence et qui devraient être sanctionnés.

les pros du sport prennent leurs risques, ça leur retombe parfois sur le nez quelques temps après...voir une star du vélo. Le niveau des enjeux est tel dans le sport professionnel qu'on peut intellectuellement comprendre les dérives sans pour autant les approuver

pour un amateur, surtout à petit niveau l'enjeu financier n'existe pas : le gain éventuel ne paye même pas les frais engagés. Reste la satisfaction de gagner. Où est-elle si on a utilisé sciemment de mauvais moyens ? scratch

je ne suis pas compétitrice : ça implique une obligation d'entrainement assidu pour laquelle je n'ai aucun goût. En revanche j'admets tout à fait qu'on puisse apprécier
Il n'y a aucune raison d'utiliser des termes violents comme c'est le cas dans quelques messages pour justifier l'une ou l'autre attitude

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florie D

avatar

Messages : 383
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 31
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Mar 12 Fév 2013 - 23:19

Citation :
Je pratique avec fierté une équitation opportuniste, comme la définie M.HENRIQUET, je n'en suis pas moins exigeante et j'ai aussi des aspirations sur un certain niveau équestre, cependant, je ne souhaite surtout pas m'imposer des rdv avec la performence. Le fondement de ma motivation reposant sur l'entente et la complicité avec mon cheval je ne vois pas comment lui dire qu'à telle date et tel minute, il fera tout ce que j'exige de lui même s'il n'est pas dans son assiette et ça quoiqu'il arrive et sous le regard de gens dont je me fiche éperduement. C'est à l'opposé de ma démarche équestre.
Pas d'échéance, pas de contrainte extérieure autre que le sens du vent et notre état d'esprit quotidien, à mon cheval et à moi-même que je souhaite absolument prendre en compte systématiquement. C'est comme si on me demandait de planifier sur l'année mes câlins avec mon amoureux Shocked Quelle horreur ! Impossible !

J'ai horreur de me donner en spectacle, je n'ai pas besoin de public pour m'épanouir, faire mieux qu'untel et moins bien que truc ne m'apporte rien, j'ai juste besoin de savoir si je progresse avec le temps et ça ce sont mes enseignants et mon cheval qui me le disent.
En plus la compétition repose sur des critères de jugements qui n'ont pas de sens à mes yeux. Pourquoi donc me soumettrais-je à des pratiques que je dénonce ? C'est absurde.

Alors là je suis tellement d'accord avec vous!!!

Pour ma part j'ai aimé et pratiqué la compétition pendant des années, et puis j'ai acheté mes chevaux à qui ça plaisait moins, surtout mon premier. Aujourd'hui ça ne me fait plus très envie, j'y retournerais peut-être si je retrouve des conditions pour pratiquer, budget, coatch, transport, et cheval à qui ça plait. Je ne pense pas non plus que ma démarche équestre soit vaine malgré cela, surtout que le public que je vise n'est pas un public de compétiteurs.
Ces derniers temps j'ai appris à beaucoup plus écouter mes chevaux, je n'insiste plus quand je vois qu'ils n'ont pas envie où que ça ne leur plait pas, et cette démarche me semble incompatible avec la compétition (régulière en tout cas). Mais je peux me tromper, je changerais peut-être d'avis à nouveau par la suite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harmonie-equestre.fr/
yveskatz

avatar

Messages : 2185
Date d'inscription : 02/02/2010
Age : 70
Localisation : seine et marne

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Mer 13 Fév 2013 - 7:05

Il manquera toujours quelque chose au juge avec son regard extérieur, aussi bon soit-il: le sentiment de ce qui se passe sous la selle, l'appréciation de la vraie décontraction, celle que l'on sent sur le dos d'un cheval. Et pour le cavalier qui a appris à sentir et à ressentir, il n'y a pas meilleur juge sur le travail accompli que le cheval lui même............... geek
Et cette remarque s'applique à toutes les disciplines: le jour où les juges se mettront à cheval sur le cheval qu'ils jugent, certain que les résultats seront différents !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier



Messages : 473
Date d'inscription : 05/04/2010

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Mer 13 Fév 2013 - 8:12

Yves, à haut niveau, ne juge-t-on pas le cheval autant que le cavalier ?
Déjà, en club, j'ai entendu des juges émettre à voix hautes un avis sur la qualité du cheval avant même qu'il n'ait fait son premier pas... et bizarrement, le cheval "moche" a souvent de plus mauvaises notes que le cheval "beau".

Pour en revenir à la compétition... elle suscite les passions et donc les excès.
À petit niveau, et j'y inclue les amateurs, on ne devrait aller en compétition qu'avec l'idée de vérifier les acquis du couple en dehors du train-train quotidien. Ce qui implique de participer pour bien faire et non pour gagner, la victoire étant une gratification agréable mais anecdotique puisque l'on peut gagner en étant mauvais si les autres sont encore plus mauvais ce jour là (et que l'avis des juges, surtout à petit niveau en dressage, est à relativiser, d'où l'intérêt de se faire filmer).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog-equitation.fr
Maryan

avatar

Messages : 291
Date d'inscription : 16/03/2011
Age : 48
Localisation : Côte d'Or

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Mer 13 Fév 2013 - 10:02

yveskatz a écrit:
Il manquera toujours quelque chose au juge avec son regard extérieur, aussi bon soit-il: le sentiment de ce qui se passe sous la selle, l'appréciation de la vraie décontraction, celle que l'on sent sur le dos d'un cheval. Et pour le cavalier qui a appris à sentir et à ressentir, il n'y a pas meilleur juge sur le travail accompli que le cheval lui même...

Il est où le smiley qui applaudit ? Bon ben je vais prendre celui là alors : cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lalicornededarshan.over-blog.com/
daffos

avatar

Messages : 636
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 88
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Mer 13 Fév 2013 - 10:48

yveskatz a écrit:
Il manquera toujours quelque chose au juge avec son regard extérieur, aussi bon soit-il: le sentiment de ce qui se passe sous la selle, l'appréciation de la vraie décontraction, celle que l'on sent sur le dos d'un cheval. Et pour le cavalier qui a appris à sentir et à ressentir, il n'y a pas meilleur juge sur le travail accompli que le cheval lui même............... geek
Et cette remarque s'applique à toutes les disciplines: le jour où les juges se mettront à cheval sur le cheval qu'ils jugent, certain que les résultats seront différents !

Je me permet une réflexion personnelle.....Un cheval ressent instantanément la qualité de celui qui grimpe sur son dos et cela dès que le cavalier ajuste ses rênes, avant d'avoir fait seulement le premier pas....l'enseignant montant le cheval de l'enseigné ce cheval ne restituera surement pas a l'enseignant ce qu'il a fait sentir a l'enseigné (vous me suivez ??... Shocked)

Je vous cite:" Et pour le cavalier qui a appris à sentir et à ressentir, il n'y a pas meilleur juge sur le travail accompli que le cheval lui même"....mais Yves il faut du temps pour ressentir a cheval ce que vous évoquez, beaucoup de temps et même avec l'aide de l'enseignant "capable"...et je préfère ne pas parler du cavalier qui travaille seul ou qui fait confiance aux conseils fédéraux...et ils sont nombreux, très nombreux même !
..
C'est pourquoi le jugement d'un tiers (désolé d'y revenir) que ce soit la barre qui tombe ou la note du juge peut être indispensable pour faire comprendre "ou, quand et comment" est le "bon" et le "mauvais"...en attendant le délicat ressenti équestre que vous appelez de tous vos voeux....ressenti qui, du train ou va l'enseignement actuel est plus qu'aléatoire et même j'en ai peur très problématique !



.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.equi-midi.fr
yveskatz

avatar

Messages : 2185
Date d'inscription : 02/02/2010
Age : 70
Localisation : seine et marne

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Mer 13 Fév 2013 - 11:25

Henri, il est vrai que je suis un jeunot à côté de vous et que j'ai un vécu de l'âme humaine moins long que le votre!
`Mais arrêtez d'être négatif et de me "saper le moral". Je suis un éternel optimiste, pour le moins en équitation, et je crois que l'enseignement de qualité reviendra sur le devant de la scène avant que je sois trop sénile pour m'en réjouir. Sinon pourquoi m'investirais-je dans Educaval, dans Allège Ideal et maintenant avec "les indignés de la politique fédérale". Il y a encore en France nombre de gens d ebonne volonté et à l'esprit sain qui ne demandent qu'à recevoir ou donner une belle éducation qui rendent les relations avec les chevaux plus agréables................ geek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
daffos

avatar

Messages : 636
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 88
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Mer 13 Fév 2013 - 12:06

OK Yves....Plus aucune réflexion négative...Ne parlons que de technique et disons nous que tout va bien dans le meilleur des mondes...



Dernière édition par daffos le Mer 13 Fév 2013 - 12:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.equi-midi.fr
DiegoMulot



Messages : 297
Date d'inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Mer 13 Fév 2013 - 12:15

yveskatz a écrit:
----- donner une belle éducation qui rendent les relations avec les chevaux plus agréables................ geek

Voui !
Déjà en apprenant à leurs élèves qu' on n'ajuste pas ses renes dès qu'on lui grimpe sur le dos et cela ...., avant d'avoir fait seulement le premier pas. Mad
Un peu de respect et de jugeotte quoi. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zabot29

avatar

Messages : 255
Date d'inscription : 15/12/2011

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Mer 13 Fév 2013 - 12:38

Maryan a écrit:
yveskatz a écrit:
Il manquera toujours quelque chose au juge avec son regard extérieur, aussi bon soit-il: le sentiment de ce qui se passe sous la selle, l'appréciation de la vraie décontraction, celle que l'on sent sur le dos d'un cheval. Et pour le cavalier qui a appris à sentir et à ressentir, il n'y a pas meilleur juge sur le travail accompli que le cheval lui même...

Il est où le smiley qui applaudit ? Bon ben je vais prendre celui là alors : cheers


j'applaudis des 2 mains aussi !! cheers sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yveskatz

avatar

Messages : 2185
Date d'inscription : 02/02/2010
Age : 70
Localisation : seine et marne

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Mer 13 Fév 2013 - 12:54

daffos a écrit:
OK Yves....Plus aucune réflexion négative...Ne parlons que de technique et disons nous que tout va bien dans le meilleur des mondes...


Henri, je m'étonne que vous ne vouliez pas comprendre. Bien sûr que tout ne va pas dans le meilleur des mondes. mais ce n'est pas une raison pour désespérer de l'avenir!.................. geek
Restons constructifs!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
daffos

avatar

Messages : 636
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 88
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Mer 13 Fév 2013 - 15:22

yveskatz a écrit:
daffos a écrit:
OK Yves....Plus aucune réflexion négative...Ne parlons que de technique et disons nous que tout va bien dans le meilleur des mondes...


Henri, je m'étonne que vous ne vouliez pas comprendre. Bien sûr que tout ne va pas dans le meilleur des mondes. mais ce n'est pas une raison pour désespérer de l'avenir!.................. geek
Restons constructifs!
Bien sur que je suis a même de comprendre...mais je ne pense pas que nous arrivions a changer les choses en faisant comme si de rien n'était équestrement parlant..Je crois qu'il faut dénoncer haut et fort le système de déstructuration que la Fédé a mis en place en toute connaissance de cause...tout en continuant a prêcher, aussi haut et fort, ce que sont nos valeurs...ne pas hésiter a dénoncer ce qui nous attend dans le contexte actuel pour pouvoir mieux démontrer ce qu'on veut préserver...

Cela m'est égal qu'on donne toute les garanties possible a ceux ou celles qui se contente de "monter sur un cheval et d'admirer le paysage".ce genre est a respecter, la Fédé s'y emploie et de mains de maitre vu les résultats.... mais ce que je demande c'est qu'il y en ait autant en place pour ceux ou celles qui veulent pratiquer "l'équitation"...ce que la même Fédé ne permet pas actuellement !

Ce n'est pas du défaitisme chez moi Yves, simplement du réalisme...et un combat a mener....j'entend faire préserver mes valeurs équestres....et je crois que nous sommes vous et moi et beaucoup d'autres sur la même longueur d'onde !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.equi-midi.fr
Maryan

avatar

Messages : 291
Date d'inscription : 16/03/2011
Age : 48
Localisation : Côte d'Or

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Mer 13 Fév 2013 - 15:57

daffos a écrit:
...
C'est pourquoi le jugement d'un tiers (désolé d'y revenir) que ce soit la barre qui tombe ou la note du juge peut être indispensable pour faire comprendre "ou, quand et comment" est le "bon" et le "mauvais"...

La barre qui tombe, la note du juge (si on valide ces critères) et vous oubliez parmi les tiers évoqués : un enseignant de qualité Smile

Daffos, je partage entièrement votre remarque sur le fait que le cheval, à la seconde où le cavalier se présente à lui et plus encore lorsqu'il se met en selle, sait très bien à qui il a à faire et "se soumet" aux aides en conséquence.
En revanche, toujours pour l'avoir vécu avec certains de mes enseignants, s'il a la fesse intelligente et une bonne analyse de son élève, il doit percevoir ce qui peut poser des difficultés.
Il m'est déjà arrivé d'être confronté à "un problème insoluble" en apparence, malgré les indications de mon ensignant, je me heurtais à une réponse ou non réponse de mon cheval que je traduisais en mot à mon enseignant. Au bout d'un moment, celui-ci est monté et rapidement, il a ressenti ce qui pouvait me poser problème bien que lui sache immédiatement gérer le truc. Il est descendu aussitôt pour réajuster ses indications à mon intention, prenant en compte un élèment venant du cheval (en l'occurence une raideur discrète d'une épaule) et mon manque de savoir-faire pour l'analyser et y apporter une réponse.
Cette situation, je l'ai connu quelque fois, et j'ai apprécié que mon enseignant essaye de se mettre à ma place, sans faire démo de sa capacité à résoudre le problème mais juste en essayant de comprendre ce que je pouvais ressentir et en adaptant son enseignement.

Je suis comme beaucoup ici, attérée du niveau lamentable de l'enseignement. Comme j'ai eu la chance tout au long de mon parcours de faire d'heureuses rencontres, j'ai bénéficié d'un enseignement hors de sentiers battus et renouant largement avec une tradition équestre pleine de finesse et une approche très humble et respectueuse du cheval. Ce qui hélas semble une théorie, une littérature, des mots pour biens des cavaliers sortis du moule fédéral, est une réalité depuis toujours pour moi. Aussi, comme Yves je le crois, j'espère de tout coeur faire passer ce message : l'équitation intelligente, respectueuse et classique existe, il existe des personnes capables de la transmettre, de la pratiquer avec talent, avec une vraie connaissance du cheval et de la technique, avec de vraies qualités pédagogiques. ces gens là existent, rarement dans le circuit FFE, souvent en marge, ils sont ben moins nombreux que les mauvais, à charge pour les cavaliers de les chercher, les trouver et d'en profiter.

C'est en fuyant les clubs où se pratique une équitation barbare avec une pédagogie inexistante qu'on commencera à faire bouger les choses. c'est en dénonçant à voix haute les gestes méprisables sur les carrés de concours qu'on insinuera le doute, la honte et peut-être le changement.

J'ai fais ma partie en fuyant les clubs, je ne prends même plus la licence, je vous laisse le soin, cher Daffos, de vous occuper des concours Very Happy
Quant à Yves, on compte sur toi pour les enseignants Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lalicornededarshan.over-blog.com/
daffos

avatar

Messages : 636
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 88
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Mer 13 Fév 2013 - 19:59

MARYAN....je vous cite en extrait: "J'ai fais ma partie en fuyant les clubs, je ne prends même plus la licence, je vous laisse le soin, cher Daffos, de vous occuper des concours" ..
et je me permet de terminer votre phrase, de la compléter
lesquels concours sont par le travail sur le plat en amont et je vous re cite: "une tradition équestre pleine de finesse et une approche très humble et respectueuse du cheval". ....
L'obstacle, pour nous, c'est 80% de travail sur le plat...toute la gamme du travail en "basse école"...je suis certain que vous êtes d'accord avec nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.equi-midi.fr
pimprenelle



Messages : 266
Date d'inscription : 20/11/2012

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Jeu 14 Fév 2013 - 18:06

daffos a écrit:
Cela m'est égal qu'on donne toute les garanties possible a ceux ou celles qui se contente de "monter sur un cheval et d'admirer le paysage"

c'est le cas de la majorité des équitants licenciés ou non

dans la vraie vie c'est à dire en dehors des forums, combien souhaitent arriver à un niveau très élevé ? pour la plupart c'est un loisir, ils y recherchent du plaisir, pas de la pression

même en admettant que beaucoup rêvent de devenir très bons : très bons selon les critères de qui ? les Maîtres du XVIIIème siècle ?
existe-t-il un autre sport où une partie des pratiquants refuse contre vents et marées la moindre évolution ? où on s'ingénie à utiliser un vocabulaire emprunté à des ouvrages anciens, de sorte qu'il en est devenu incompréhensible de nos jours ?
où les enseignants de haut niveau s'invectivent dans la presse ou sur le web ?


il faudrait peut-être, pour que les choses s'améliorent, qu'il soit fait preuve d'un peu plus de tolérance, de moins de dogmatisme

Citation :
mais ce que je demande c'est qu'il y en ait autant en place pour ceux ou celles qui veulent pratiquer "l'équitation"...ce que la même Fédé ne permet pas actuellement !

que font de plus ou de mieux les autres fédérations ?

Maryan a écrit:
l'équitation intelligente, respectueuse et classique existe

alors c'est à la FEI qu'il faut vous adresser...à voir ce qu'elle a fait des multiples pétitions, bon courage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier



Messages : 473
Date d'inscription : 05/04/2010

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Jeu 14 Fév 2013 - 18:16

pimprenelle a écrit:

que font de plus ou de mieux les autres fédérations ?

C'est aussi ce que je me demande.
Apparemment, ce n'est pas beaucoup mieux. Dans tous les sports ou loisirs de masse, la qualité de l'enseignement et/ou de l'encadrement semble laisser grandement à désirer, surtout pour les petits niveaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog-equitation.fr
yveskatz

avatar

Messages : 2185
Date d'inscription : 02/02/2010
Age : 70
Localisation : seine et marne

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Jeu 14 Fév 2013 - 18:51

Est-ce une excuse? est-ce une raison pour ne rien faire? est-ce une raison pour ne pas espérer un enseignement plus sérieux, une meilleure prise en compte des attentes des cavaliers et une formation de qualité; source de plaisirs?.............. geek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle



Messages : 266
Date d'inscription : 20/11/2012

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Jeu 14 Fév 2013 - 21:11

Il y a peut-être quelque chose à faire tout en prenant en compte les réalités économiques

En ce qui concerne les enseignants les dispositions légales sont claires :

Citation :
La rénovation des diplômes a commencé par la création du brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport (BP JEPS) en 2001.

Ce diplôme répond à des besoins d’animateurs ayant des compétences transversales aux champs de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport. On peut consulter le décret portant création du BP JEPS du 31 août 2001 dans le Journal Officiel de la République Française du 2 septembre 2001 et l’arrêté du 18 avril 2002 fixant les conditions d’organisation et de délivrance du diplôme dans le JORF du 27 avril 2002.

l'équitation est logée à la même enseigne que tous les sports, seul le ministère est compétent pour abroger le décret de 2001

améliorer sensiblement le niveau des animateurs devrait se traduire par une augmentation sensible elle aussi de leurs salaires
ça poserait quelques problèmes aux clubs :
soit ils augmentent leurs tarifs et perdent une partie de leur clientèle, soit ils conservent les mêmes tarifs et voient fondre leur profit. Dans les 2 cas il y aurait disparition de clubs : les petits qui actuellement vivotent comme ils peuvent, les gros s'ils ont emprunté pour investir dans des infrastructures coûteuses

On revient plus de 50 ans en arrière : moins de clubs, des tarifs nettement plus élevés, des sports équestres accessibles uniquement à la population aisée.
Pour les autres des loueurs de chevaux qui, eux, ne sont tenus à aucun enseignement

Est-ce qu'on ne peut pas imaginer des clubs de base où le cavalier apprend à se tenir sur un cheval, en tolérant des lacunes sur le plan de l'Art Equestre.
S'il a l'envie réelle de s'élever dans cet Art, il fait comme dans les autres sports : des stages avec des enseignants plus chevronnés qui sauront l'aider à combler ses lacunes



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yveskatz

avatar

Messages : 2185
Date d'inscription : 02/02/2010
Age : 70
Localisation : seine et marne

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Jeu 14 Fév 2013 - 22:03

Parce que vous croyez qu'il y a cinquante ans, on gagnait des millions comme enseignant?
Il ya cinquante ans, lorsqu'a commencé la démocratisation de l'équitation, les clubs étaient des associations 1901: partage, mise en commun des connaissances, revenus pour assurer la paie du personnel (palefreniers et enseignants, puisqu'il fallu très vite être diplômé pour enseigner....Et nombre de gens, aux revenus divers purent se mettre à cheval.
Il est bien certain qu'aujourd'hui, les clubs , trop nombreux, créés souvent sans aucune notion comptable (souvent) équestre (parfois ,pour ne pas être méchant), en pratiquant des prix loin de la vérité des frais, ont du mal à se maintenir (et en auront de plus en plus, si le changement de taux de TVA demandé par Bruxelles, n'est pas correctement défendu par notre gouvernement et par la FFE).
Et , il y a cinquante ans, on recevait un salaire X, mais on ne comptait pas ses heures; c'était un métier de passion: transmettre pour l'amour du cheval...et le plaisir de transmettre.
Le cheval a toujours eu un effet d'attirance sur les gens:beaucoup sauront toujours faire les choix qui les poussent en avant.
Et il y aura toujours deux équitations: une pour ceux qui veulent se faire plaisir une ou deux fois par semaine; et on peut leur offrir une équitation au prix abordable (à ne pas comparer avec d'autres sports subventionnés et aux installations construites par des municipalités ou des régions!). Et une équitation, plus difficilement abordable par tout un chacun parce qu'elle demande des compétences techniques et des investissements:la compétition.Il faut avoir le temps d'éduquer, d'entrainer, de transporter, etc.............
Mais de toutes façons, les chevaux seront toujours là pour apporter un vrai plaisir à l'humain, qui pourra par le cheval se réaliser et se grandir!.................... geek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
daffos

avatar

Messages : 636
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 88
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Jeu 14 Fév 2013 - 22:45

yveskatz a écrit:

Et il y aura toujours deux équitations: une pour ceux qui veulent se faire plaisir une ou deux fois par semaine; et on peut leur offrir une équitation au prix abordable (à ne pas comparer avec d'autres sports subventionnés et aux installations construites par des municipalités ou des régions!). Et une équitation, plus difficilement abordable par tout un chacun parce qu'elle demande des compétences techniques et des investissements:la compétition.Il faut avoir le temps d'éduquer, d'entrainer, de transporter, etc.............
Mais de toutes façons, les chevaux seront toujours là pour apporter un vrai plaisir à l'humain, qui pourra par le cheval se réaliser et se grandir!.................... geek
C'est comme ça que je l'entend YVES...C'est pourtant pas difficile...il n'y aurait dans ce cas qu'a revenir au niveau d'enseignement qui était celui d'avant SL...et les moniteurs et instructeurs pourraient (comme avant SL) tres facilement s'occuper des deux catégories (qui peut le plus peut le moins)...
Ne voulant pas vous saper le moral je m'en tiens là !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.equi-midi.fr
Olivier



Messages : 473
Date d'inscription : 05/04/2010

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Jeu 14 Fév 2013 - 22:46

Une chose est certaine : j'ai grandi dans un milieu urbain plutôt populaire (employés, ouvriers, classe moyenne inférieure...). Je suis né en 1960. Je n'ai connu personne qui fasse de l'équitation de toute mon enfance jusqu'à mon adolescence. Pour moi, le cheval, c'était les courses, à la radio, à la télé, et de temps à l’hippodrome avec mon père.
Aujourd'hui, pour un gosse vivant dans le même milieu que celui dans lequel j'ai grandi, l'équitation peut exister. Je souhaiterais que cela dure, même avec tous les défauts des clubs actuels si c'est la condition sine qua non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog-equitation.fr
Mon Quidam

avatar

Messages : 403
Date d'inscription : 08/03/2011
Age : 49
Localisation : pas de calais

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Ven 15 Fév 2013 - 7:15

pimprenelle a écrit:

On revient plus de 50 ans en arrière : moins de clubs, des tarifs nettement plus élevés, des sports équestres accessibles uniquement à la population aisée.

Ou accessible à une population rurale.
Dans mon village, au moins 5 cavaliers ont leur(s) cheval(chevaux) à domicile.
Et plusieurs agriculteurs offrent la pension (sans structures ni cours).

Les vrais passionnés, qui n'ont plus les moyens des tarifs trop élevés des CE, ou qui en ont marre de la mauvaise qualité de l'enseignement, ou des "disciplines de bac à sable" ont déjà trouvé des solutions alternatives.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier



Messages : 473
Date d'inscription : 05/04/2010

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Ven 15 Fév 2013 - 8:32

Tout le monde ne vit pas dans un village.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog-equitation.fr
Mon Quidam

avatar

Messages : 403
Date d'inscription : 08/03/2011
Age : 49
Localisation : pas de calais

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Ven 15 Fév 2013 - 8:36

Quand on a une passion, on se donne les moyens de sa passion. Rolling Eyes
Ces gens qui vivent dans des villages travaillent en ville.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier



Messages : 473
Date d'inscription : 05/04/2010

MessageSujet: Re: la progression du cavalier   Ven 15 Fév 2013 - 9:01

Déplacer les villes à la campagne ! Voilà la solution ! C'est tellement simple ! Pourquoi n'y ai-je pas pensé plus tôt...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog-equitation.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: la progression du cavalier   

Revenir en haut Aller en bas
 
la progression du cavalier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'ECHELLE DE PROGRESSION
» VOS photos de couples cavalier-cheval
» Junior, Cavalier King Charles de juillet 2006
» Couple cavalier/cheval
» Recherche cavalier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EDUCAVAL :: Enseignement et compétition :: Questions aux enseignants-
Sauter vers: