CE QUI SE CONÇOIT BIEN S'ÉNONCE CLAIREMENT. ET LES MOTS POUR LE DIRE ARRIVENT AISÉMENT (BOILEAU)
 
AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexionDossiersLiens

Partagez | 
 

 Dossiers Educaval

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yveskatz

avatar

Messages : 2185
Date d'inscription : 02/02/2010
Age : 70
Localisation : seine et marne

MessageSujet: Dossiers Educaval   Sam 2 Juin 2012 - 18:24

Progressivement, de nouveaux dossiers sont proposés à la lecture. Rendez vous sur la rubrique adéquate..........Bonne lecture et n'hésitez pas à poster vos commentaires. je me ferai un plaisir d'y répondre si besoin est............................... geek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quatuor

avatar

Messages : 104
Date d'inscription : 20/09/2011
Age : 47
Localisation : Vendôme

MessageSujet: Re: Dossiers Educaval   Mar 5 Juin 2012 - 5:48

Merci Yves Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://12beauregard.com
Muriel Le Mestric

avatar

Messages : 817
Date d'inscription : 01/02/2010
Age : 37
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: Dossiers Educaval   Mar 5 Juin 2012 - 10:28

J'ai une remarque/question par rapport à ce que j'ai à la toute fin du dossier dernier sur les aides.
"les mains sont fixes par rapport au cavalier".

J'ai tjs pensé que c'était par rapport à la bouche du cheval afin de maintenir un contact mouelleux avec elle, même si le cavalier rebondit un peu au trot assis, par exemple (main fixe malgré un cavalier agité).
Ainsi fixe par rapport à sa bouche, la main peut agir, céder et résister de façon claire pour le cheval. Elle peut aussi maintenir un contact constant, l'accentuer, le ramollir, le rompre, le rétablir, etc...

Personnellement, je monte sans mors. Mais cette règle est valable avec le chanfrein du cheval, comme avec sa bouche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yveskatz

avatar

Messages : 2185
Date d'inscription : 02/02/2010
Age : 70
Localisation : seine et marne

MessageSujet: Re: Dossiers Educaval   Mar 5 Juin 2012 - 11:38

Il est évident que, dans les premiers temps de l 'éducation du cheval, la main se doit de suivre la bouche du cheval (voir à ce sujet mon intervention sur le forum de allège idéal que je reproduis ici

«Après avoir rendu la main, ce qui est l’action de la main légère, il faut la retenir doucement, pour rechercher et sentir peu à peu dans la main, l’apui du mors; c’est ce qu’on appelle avoir la main douce; on résiste ensuite de plus en plus, en tenant le Cheval dans un apui plus fort, ce qui provient de la main ferme : et alors on diminue dans la main le sentiment du mors, avant de passer à lamain légère» La Guérinière............
En son temps,Nelly valère avait initié un sujet sur la question des différents sentiments de la main, en prenant pour point de départ la réflexion de La Guérinière ci desssus reproduite.
Que doit-on en comprendre? qComment est ce que JE comprends ce conseil?
Rendre la main, pour obtenir une main légère: lorsque l'on éduque un jeune cheval dans la phase de débourrage, il est important que le cheval conserve la liberté de son encolure, pour retrouver un équilibre le plus naturel possible sous la selle.La main ne doit jamais s'opposer, ne jamais représenter un stress pour le cheval; Il est donc essentiel que la main "suive la bouche, en la précédant légèrement, mais sans jamais l'abandonner"(sauf durant les périodes de repos!)? Cela demande un cavalier, liant, à l'écoute de son cheval, de sa décontraction évolutive(décontraction que se traduit entre autre par un allongement musculaire et une disparition progressive de tous les noeuds musculaires que le poids du cavalier crée chez le jeune cheval).
Puis vient la leçon du mors et de la main:le cheval doit accepter de se poser sur le mors et la présence de la main. A partir de ce moment, c'est le cheval qui va suivre la main, laquelle main attend que le cavalier sente la libération musculaire (et psychique!) pour laisser le cheval plus ou mois s'étendre, fonction de l'équilibre que le cavalier recherche.La bouche vient au contact du mors, la main sent le cheval se poser sur le mors et les résistances que le cavalier peut alors percevoir ont, si il a la fesse sensible, bien souvent leur origine dans l'arrière main et le dos du cheval.La main est douce; le cavalier n' a dans la main que le poids que le cheval veut bien y mettre.
Commencent ensuite les modifications plus importantes de l'équilibre pour assouplir de manière plus approfondie l'arrière main.La main devient un point fixe sur lequel le cheval se "réfère" pour mieux travailler son rein et ses hanches(c'est le principe de la cocotte minute: on veut faire monter la vapeur, ce qui n'est possible que si le bouchon est fermé). la main est fixe, résiste de ce que le cheval met comme résistance dans la main, mais jamais plus. Elle est ferme et au fur et àmesure que le cheval se délie dans ses différents segments et dans sa bouche, la main s'affine et s'allège en accord avec le cheval pour parvenir à LA descente de main et à la main légère.Laquelle légèreté diffère de celle de la première main, puisque étant autorisée par le cheval et non pas donnée par le cavalier.

Voici comment les chevaux m'ont appris à interpréter ce conseil. Que tous les cavaliers sachent déjà avoir la main légère, puis ferme, les chevaux ne s'en porteront que mieux.

petite digression rapide sur le sujet de quelqu'un qui a passé plus de temps à côté des chevaux que dessus (enseignement oblige!)



Mais la main seule ne peut pas apprécier les mouvements de l'encolure, donc de la bouche , du cheval.Très vite, la main, si elle se réfère comme elle peut à la bouche du cheval, ne sera plus synchrone.Seul le liant du cavalier permet d'être synchrone avec le dos du cheval, donc avec la bouche. Et si ce liant est parfaitement acquis, la main fixe par rapport au cavalier (coudes posés sur les hanches) suivra la bouche du cheval puisque ses mouvements vers l'avant seront permis par le jeu des hanches.
C'est pour cette raison-manque de liant, attention plus fixée sur l'avant main que sur les postérieurs et le dos-que nombre de cavaliers ont actuellement tant de problèmes relationnels avec leurs chevaux......................... geek
Si cette réponse manque de clarté, ne pas hésiter à reposer des questions
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Muriel Le Mestric

avatar

Messages : 817
Date d'inscription : 01/02/2010
Age : 37
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: Dossiers Educaval   Mar 5 Juin 2012 - 15:13

La fin de votre réponse (le court texte écrit "normalement") est bien plus claire que la longue partie en italique on dirait du Fraxinus...quand elle se met en mode "imbuvable"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dossiers Educaval   Mar 5 Juin 2012 - 15:17

Merci Muriel et Yves pour avoir abordé cette question intéressante. (mdr l'allusion perfide en minuscules Laughing )
J'avais toujours pensé jusque là aussi que "main fixe" signifiait fixe par rapport à la bouche du cheval. scratch

Citation :
Et si ce liant est parfaitement acquis, la main fixe par rapport au cavalier (coudes posés sur les hanches) suivra la bouche du cheval puisque ses mouvements vers l'avant seront permis par le jeu des hanches.
Je crains de ne pas bien comprendre le sens de cette phrase.
Si la main est fixe par rapport au cavalier, elle n'accompagne plus le jeu de l'encolure (au pas et au galop notamment), donc le cheval "bute" forcément sur la main au moment où il aura besoin d'utiliser son balancier? Donc comment fait une telle main pour ne pas s'opposer au mouvement en avant?
Revenir en haut Aller en bas
yveskatz

avatar

Messages : 2185
Date d'inscription : 02/02/2010
Age : 70
Localisation : seine et marne

MessageSujet: Re: Dossiers Educaval   Mar 5 Juin 2012 - 16:08

Pour être en accord avec son cheval, le cavalier va jouer avec se hanches dans le sens longitudinal. Ce jeu alternatif d'avancée des hanches permet à la mai d'avancer de concert, donc d'accompagner la bouche du cheval.
La main est fixe par rapport au nombril du cavalier(pour prendre un point de référence), mais comme le nombril avance en accord avec les mouvements du dos du cheval, la main avance d'autant et suit donc la bouche du cheval.................. geek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fraxinus



Messages : 1079
Date d'inscription : 01/08/2011

MessageSujet: Re: Dossiers Educaval   Sam 9 Juin 2012 - 16:28

Vous devinez aisément pourquoi je reviens en premier lieu sur le dossier galop! Merci Muriel le Mestric , je ne savais par où commencer! Mais comme je vous ai entendue chuchoter, me voilà! Wink

Muriel Le Mestric a écrit:
on dirait du Fraxinus...quand elle se met en mode "imbuvable"
Et ouais! Je suis équipée d'un zoom! Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing
Muriel Le Mestric a écrit:
Mais Fraxinus, avec vos chipotages, nous dévions à chaque fois du sujet de conversation que j'avais pourtant recadré.
Avez vous fini de me tester comme un sale poulain mal éduqué !?

Qui c'est qui dévie du sujet ??????? Rolling Eyes

Quel dommage que vous n'ayez pu être présente à une certaine rencontre vous auriez pu constater, qu'en vrai, je suis plutôt une « vieille rosse brute de décoffrage » qui ne sait pas mâcher ses mots. On a du me trouver imbuvable pour des raisons exactement inverses aux vôtres. tongue
Mais sur le forum j'ai tendance à laisser parler mes multiples personnalités dans le simple but de vous faire « bisquer » un peu, et de mettre un peu de piment dans les conversations! Et rassurez vous je ne suis pas prête à renoncer au mode en question. Twisted Evil

Dossier galop a écrit:
Le cavalier qui éduque son cheval au départ au galop aura intérêt à aborder cet apprentissage à partir de la leçon de l'incurvation, un cheval incurvé ayant naturellement un postérieur plus engagé que l'autre. L'exercice idéal préparant  au départ étant l'agrandissement du cercle (postérieur intérieur plus avancé et  report de poids sur le latéral extérieur).

Dossier galop a écrit:
Je crois aussi important d'insister sur le fait que l'action de la jambe doit se faire rigoureusement en accord avec la phase de soutien du postérieur, dans le but d'en augmenter l'engagement. Et que, de la qualité de l'engagement, découlera la poussée des postérieurs, donc le mouvement en avant.

Pour le départ au galop à droite à partir du trot, le cavalier agit avec sa jambe intérieure quand le postérieur intérieur est au soutien ainsi que l'antérieur extérieur. Donc la foulée de galop commence par l'appui du diagonal gauche (postérieur droit antérieur gauche).?
La description des posers telle qu'on la connait postérieur gauche diagonal gauche antérieur droit n'est qu'une convention pour permettre de mieux retenir le mécanisme du galop?

Quant est-il pour le départ au galop du pas? Le cheval entame aussi le galop par le poser du diagonal gauche? Quel est le meilleur moment, temps, du pas pour demander le départ au galop? Je suppose que c'est toujours le soutien du postérieur droit qui le détermine? Le tout début du soutien du postérieur alors, avant que l'antérieur ne se pose au sol? L'action sur la rêne extérieure a-t-elle pour but de retarder le poser de l'antérieur pour permettre le départ par le diagonal gauche? La rêne gauche doit-elle agir en même temps que la jambe impulsive droite? Qu'elles sont les sensations dans la selle associées au bon moment pour demander le départ?

Dossier galop a écrit:
On peut, si nécessaire, ralentir le côté extérieur en fermant les doigts sur la rêne extérieure au moment du lever de l'antérieur extérieur (il faut alors veiller à ce que cette action n'invite pas le cheval à prendre un pli !).
On entend plus souvent dire qu'il faut mettre la tête du cheval vers l'extérieur pour libérer l'épaule interne et permettre son « avancée ».Est-ce que ceci qui reviendrait à ce que vous appeler donner un pli? Pour le jeune cheval qui apprend le départ au galop sur son coté difficile, et bien qu'il y réponde correctement en longe, le poids du cavalier peut le gêner, est ce que cette façon de procéder ne peut pas l'aider à comprendre?

Encore plein de questions, je sais, mais oui ou non pour la plupart suffit. pale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yveskatz

avatar

Messages : 2185
Date d'inscription : 02/02/2010
Age : 70
Localisation : seine et marne

MessageSujet: Re: Dossiers Educaval   Sam 9 Juin 2012 - 17:57

Aveu d'ignorance. Je sais que le moteur est à l'arrière. Je suis donc tenté de dire que le galop à droite démarre avec le postérieur gauche et que c'est lui qu'il faudrait solliciter pour demander le départ à droite.....Malheureusement, les chevaux m'ont montré qu'ils préfèrent la demande faite en accord avec le postérieur intérieur (le droit dans notre exemple). Ce que je retiens c'est l'avancée du latéral intérieur et la pratique de l'isopraxie (voir les articles dans la rubrique dossiers et sur Cheval savoir) , Au vu de la pratique, les résultats que j'obtiens, m'autorisent à faire confiance à cette manière de faire.Plus que la demande de la jambe, c'est l'"aspiration" du postérieur par l'avancée de la fesse droite et l'ouverture de la hanche qui invite le cheval à prendre le départ, après avoir surchargé le latéral extérieur.
Pour ce qui est de l'action éventuelle de la rêne extérieure, plus que le ralentissement de l'antérieur extérieur; ce qu'elle gère c'est que le cheval ne tombe pas sur l'épaule intérieure.................. geek

Ceci étant dit, je sais que l'on peut demander le départ au galop de mille et une façons(en grattant l'oreille du cheval ou autre....................). Mais cela s'apparente plus à une équitation de spectacle (sans aucune connotation péjorative; c'est juste une approche différente) qu'à une prise en compte des équilibres du cheval...........................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fraxinus



Messages : 1079
Date d'inscription : 01/08/2011

MessageSujet: Re: Dossiers Educaval   Dim 10 Juin 2012 - 16:18

yveskatz a écrit:
les chevaux m'ont montré qu'ils préfèrent la demande faite en accord avec le postérieur intérieur (le droit dans notre exemple).

Même constatation en longe où j'utilise le même exercice: agrandissement du cercle au trot, pour demander le départ au galop. Exercice que je reprends, cheval monté, par souci de cohérence dans l'apprentissage. Je n'ai jamais pu voir ce qui ce passait réellement quand le cheval est libre et prend le galop de n'importe qu'elle allure comme ça lui « chante ».
Il me semblait que pour changer d'allure il est plus pratique? logique? de partir de l'équilibre et des appuis communs aux deux allures. Le point commun entre le trot, le pas et et le galop à droite c'est diagonal gauche donc l'action du cavalier pour solliciter le galop devrait se situer au moment exact du début du soutien de ce diagonal? C'est aussi le moment ou le rachis est le plus « droit »?
. C'est pourquoi j'ai toujours cru que c'était par pure convention mnémotechnique qu'on commençait par énoncer l'unique postérieur à l'appui (le gauche dans le cas présent).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Muriel Le Mestric

avatar

Messages : 817
Date d'inscription : 01/02/2010
Age : 37
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: Dossiers Educaval   Jeu 14 Juin 2012 - 17:07

fraxinus a écrit:


Qui c'est qui dévie du sujet ???????
Ma déviation est en "taille 6", la votre est en "taille 24"... Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fraxinus



Messages : 1079
Date d'inscription : 01/08/2011

MessageSujet: Re: Dossiers Educaval   Sam 28 Juil 2012 - 17:37

Dossier galop a écrit:
Donc, lorsque l'on observe un cheval au galop, on ne peut que remarquer l'avance du latéral du côté du pied où le cheval galope par rapport à l'autre latéral. Ainsi, au galop à droite, le latéral droit (PD et AD) est toujours en avant du latéral gauche.

Nous avons tous joué, quand nous étions enfants, à galoper. Pour cela un pied avançait toujours plus que l'autre… Il en est donc de même chez le cheval.


Pinaillage et chipotage fraxinien, il faut bien que je reste fidèle à ma réputation « d'empêcheuse de galoper en rond »: ce qui est vrai chez le bipède debout ne l'est pas forcément chez le « quadrupède à quatre pattes » (merci Mr de la Palice!) Wink


Pierre Chambry dans Allures et Sentiments a écrit:
Notre bon vieux Manuel Fédéral d'équitation avance à tort, p111, que « le galop est caractérisé par l'avance prise par un latéral sur l'autre », comme si chacun des deux membres droits du cheval au galop à droite restait toujours en avant de ses congénères de gauches. Mais il y a quelque chose de vrai dans cette erreur: les deux membres droits du cheval sont plus souvent, plus longtemps en avant des membres gauches que les gauches en avant des droits. Mais les membres gauches à leur tour, devancent les droits, le postérieur gauche pour s'engager et marquer le premier temps, l'antérieur gauche pour s'étendre et frapper chacun sa battue avant la battue de leur congénère droit.
Lenoble du Teil, page 108, constate l'erreur de la vieille tradition: « l'avance constante d'un bipède latéral sur l'autre pendant l'accomplissement d'un pas de galop »; et calcule que le bipède latéral droit se trouve en avance sur le gauche pendant les cinq huitièmes de foulée, tandis que les deux membres gauches, à leur tour sont en avant des droits que pendant trois-huitièmes de foulée, avec un décalage dans le temps pour les avances des deux postérieurs entre eux , puis des deux antérieurs entre eux.
Puisque la colonne vertébrale du cheval participe aux mouvements des membres, il se passe un phénomène curieux dans le dos du cheval, comme si les deux moitié, la droite et la gauche, indépendante l'une de l'autre,jouaient à se dépasser chacune à son tour pendant chaque foulée de galop. En accompagnant les mouvements des deux moitiés du cheval avec son assiette, le cavalier perçoit les torsion alternatives de son bassin, à droite et à gauche, dont les fesses jouent elles aussi à se dépasser chacune son tour pendant chaque foulée de galop. Ces torsions se communiqueraient volontiers aux épaules du cavalier si son rein ne venait pas à leur secours pour les empêcher de « rouler »,en même temps qu'il remplit le rôle d'amortisseur du balancement du cheval. Ne voit-on pas trop souvent des dos de cavaliers raides qui font se tortiller des bustes en un très disgracieux et inutile pivotement d'épaules? (….)


Ce sentiment de l'assiette qui glisse en tortillant des fesses est très particulier au galop: pendant le glissement vers le pommeau, c'est la fesse droite qui précède la gauche; pendant le retour en arrière vers le creux de la selle c'est la fesse gauche.

Pierre Chambry dans Allures et sentiment Maloine

Nous quittons le seul moment du départ au galop mais qu'en pensez vous?

Dossier galop a écrit:
Je crois aussi important d'insister sur le fait que l'action de la jambe doit se faire rigoureusement en accord avec la phase de soutien du postérieur, dans le but d'en augmenter l'engagement.
Dossier du bon usage des aides a écrit:
L’allongement dans une allure sera demandé par une action du bassin (étudiée plus avant) et par une sollicitation des mollets qui agiront en cadence avec les postérieurs, alternativement en se calant sur le début de la phase de soutien de chaque postérieur. Car c’est à ce moment et à ce moment seul que l’excitation musculaire provoquée par l’action du mollet permettra un engagement plus important et une foulée plus ample.
Dossier du bon usage des aides a écrit:
Pour ce qui est du déplacement latéral d’un postérieur, l’action se fera avec la cuisse et le gras du mollet, toujours en cadence avec le soutien du postérieur (car ce n’est que quand il est en l’air qu’il peut se déplacer à la demande du cavalier, dans une direction ou une autre !) et tout le temps de cette phase de soutien, pour que le déplacement soit maximum.

Pour agir au moment du soutien du postérieur concerné, le cavalier ne dispose que du « sentiment »,ressenti, de son assiette. Il me semble donc opportun de préciser à quelle sensation dans la selle correspond le soutien d'un postérieur. Lorsqu'un postérieur est au soutien, la hanche du cheval s'abaisse et le cavalier sent sa fesse s'abaisser dans la selle. Ce serait donc au moment où le cavalier sent sa fesse « descendre » qu'il doit agir. Un paragraphe sur les « sentiments fessiers » et les autres pourrait être utile à l'apprentissage du cavalier. confused

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yveskatz

avatar

Messages : 2185
Date d'inscription : 02/02/2010
Age : 70
Localisation : seine et marne

MessageSujet: Re: Dossiers Educaval   Sam 28 Juil 2012 - 18:41

D'accord, le sentiment des postérieurs fera l'objet d'un prochain article(ainsi que celui des antérieurs et du dos)....tout en sachant que l'expression de la sensation est individuelle ..IL me faudra donc prendre grand soin de choisir mes mots, afin d'éviter les contestations de certaines personnes............Il faut juste me laisser le temps qui, en ce mois de vacances et de grosses chaleurs est plus rare.......... scratch
pour ce qui est de la citation de P Chambry, elle est exacte, mais il n'en est pas moins vrai que le latéral droit, dans le cas du galop à droite est plus souvent en avant que le latéral gauche.........et que la fesse droite a une avancée plus importante que la fesse gauche(plutôt que l'avancée, parlons de l'ouverture de la hanche).et c'est ce qui autorise le cavalier conscient de son corps à sentir sur quel pied son cheval galope.......... geek


Dernière édition par yveskatz le Dim 29 Juil 2012 - 18:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fraxinus



Messages : 1079
Date d'inscription : 01/08/2011

MessageSujet: Re: Dossiers Educaval   Dim 29 Juil 2012 - 18:11

yveskatz a écrit:
D'accord, le sentiment des postérieurs fera l'objet d'un prochain article(ainsi que celui des antérieurs et du dos)....tout en sachant que l'expression de la sensation est individuelle ..IL me faudra donc prendre grand soin de choisir mes mots, afin d'éviter les contestations de certaines personnes............Il faut juste me laisser le temps qui, en ce mois de vacances et de grosses chaleurs est plus rare..........
Enfin un instructeur qui va nous parler de sentiments: d'avance, j'en ronronne de plaisir! cat
Par sentiments j'entends bien sûr sentiments équestres, sensations sur le cheval. Embarassed
J'ai toujours trouvé qu'il était difficile d'analyser ce qu'on ressent des mouvements du cheval en selle. D'abord parce que l'ensemble du corps du cavalier et du cheval sont en jeu, ensuite parce que ça va vite, et surtout parce qu'on ne sait pas quoi rechercher quand on découvre ses sensations, c'est à dire quand on commence à être à l'aise sur son cheval. C'est pourquoi un guide es-sensations me paraît utile voire indispensable dans l'apprentissage de l'équitation. Et comme l'isopraxie c'est un domaine qui est peu abordé par les enseignants. Bien sûr un bon cavalier n'a pas besoin de réfléchir pour lier ses actions aux mouvements du cheval, mais pour les autres ça peut aider. Alors merci d'avance. sunny



yveskatz a écrit:
pour ce qui est de la citation de p chambre, elle est exacte, mais il n'en est pas moins vrai que le latéral droit, dans le cas du galop à droite est plus souvent en avant que le latéral gauche.........et que la fesse droite a une avancée plus importante que la fesse gauche(plutôt que l'avancée, parlons de l'ouverture de la hanche).et c'est ce qui autorise le cavalier conscient de son corps à sentir sur quel pied son cheval galope..........

ce serait donc pour cela
yveskatz a écrit:
c'est ce qui autorise le cavalier conscient de son corps à sentir sur quel pied son cheval galope....
que vous avez écrit ceci?
dossier départ au galop a écrit:
Nous avons tous joué, quand nous étions enfants, à galoper. Pour cela un pied avançait toujours plus que l'autre… Il en est donc de même chez le cheval.
Question


Dossier du bon usage des aides a écrit:
Pour une transition montante (arrêt/pas, pas/trot)*, les deux jambes agissent simultanément. Cela est une éducation que l’on donne au cheval, rien au départ ne lui faisant comprendre qu’il doit se porter en avant à cette demande (au contraire, nombre de chevaux au débourrage ont tendance à se contracter et à ralentir à l’action des jambes). Bien sûr, la demande première est le fait de l’avancée du bassin par ouverture des hanches.

Ceci me paraît extrêmement important, car si cet apprentissage n'est pas suffisamment développé, approfondi, le cheval peut paraître froid aux jambes. Cet apprentissage correctement mené peut éviter les fameuses leçons de jambes qui sont parfois ressenties comme des agressions par des chevaux naturellement généreux. C'est sur ce type de chevaux qui avancent " tout seul" au débourrage que cet apprentissage est souvent négligé. Cette remarque de pédagogie à l'usage du cheval mériterait d'être mis en exergue.

Dossier du bon usage des aides a écrit:
Bien sûr, la demande ne se fera que sur quelques foulées : préparer, demander, laisser faire (ceci étant valable lors de chaque demande du cavalier).
pour clarifier ce : « préparer, demander, laisser faire »
dans le cas du départ au galop:

préparer consiste à:
cheval dans l'exercice de l'agrandissement du cercle au trot qui le met dans l'équilibre propice au départ par le report de poids sur le coté externe?

demander consiste à:
l'aspiration du postérieur interne par la fesse avancée dans la selle au moment où celle-ci s'abaisse (et la descente de la jambes extérieure)?

Laisser faire: garder les aides en place et attendre que le cheval prenne le galop?

Si le cheval ne prend pas le galop vaut-il mieux reprendre l'exercice d'agrandissement du cercle ou insister par la jambe intérieure impulsive par action de cuisse mollet éventuellement talon?
Le choix dépend peut -être de l'attitude du cheval: s'il accélère le trot on reprend l'exercice au début s'il ne change pas d'équilibre, d'attitude, il n'a pas entendu et on peut éventuellement insister par les aides?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yveskatz

avatar

Messages : 2185
Date d'inscription : 02/02/2010
Age : 70
Localisation : seine et marne

MessageSujet: Re: Dossiers Educaval   Dim 29 Juil 2012 - 18:27

fraxinus a écrit:

pour clarifier ce : « préparer, demander, laisser faire »
dans le cas du départ au galop:

préparer consiste à:
cheval dans l'exercice de l'agrandissement du cercle au trot qui le met dans l'équilibre propice au départ par le report de poids sur le coté externe?
Exact; le départ peut aussi se demander à partir du pas à compter du moment où le cheval sait répondre à la demande vocale à la longe.

demander consiste à:
l'aspiration du postérieur interne par la fesse avancée dans la selle au moment où celle-ci s'abaisse (et la descente de la jambes extérieure)?
Par l'avancée de la fesse et l'effleurement du gras du mollet sous une cuisse décontractée et sur son plat

Laisser faire: garder les aides en place et attendre que le cheval prenne le galop?

Si le cheval ne prend pas le galop vaut-il mieux reprendre l'exercice d'agrandissement du cercle ou insister par la jambe intérieure impulsive par action de cuisse mollet éventuellement talon?
Le choix dépend peut -être de l'attitude du cheval: s'il accélère le trot on reprend l'exercice au début s'il ne change pas d'équilibre, d'attitude, il n'a pas entendu et on peut éventuellement insister par les aides?
Pourquoi répondre, Fraxinus, vous faites les réponses vous même et elles sont exactes!.................... geek

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fraxinus



Messages : 1079
Date d'inscription : 01/08/2011

MessageSujet: Re: Dossiers Educaval   Dim 29 Juil 2012 - 18:51

yveskatz a écrit:
Pourquoi répondre, Fraxinus, vous faites les réponses vous même et elles sont exactes!....................
Si je donne moi-même des réponses c'est pour ne pas être renvoyée dans les cordes par un: « enfin réfléchissez un peu! »
Je monte à cheval comme je peux, et pas comme je le voudrais pale , (groom un jour , groom toujours Laughing )et j'ai besoin de confirmation de ce que je ressens. Na! tongue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yveskatz

avatar

Messages : 2185
Date d'inscription : 02/02/2010
Age : 70
Localisation : seine et marne

MessageSujet: Re: Dossiers Educaval   Sam 18 Aoû 2012 - 18:23

Un paragraphe sur les « sentiments fessiers » et les autres pourrait être utile à l'apprentissage du cavalier. écrivait Fraxinus le 28 Juillet.
Comprenant cette phrase comme une demande, et n'ayant jamais su refuser quoi que ce soit à une femme,vous trouverez dans la rubrique "dossiers" un document sur les ressentis en fonction des allures.
Que Olivier soit remercié, lui qui a la lourde tâche de mettre mes élucubrations en ligne.......................... geek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier



Messages : 473
Date d'inscription : 05/04/2010

MessageSujet: Re: Dossiers Educaval   Sam 18 Aoû 2012 - 19:12

Embarassed Yves, n'ayant pas beaucoup d'expérience à partager, tu sais bien que c'est ma façon de participer.
S'il n'y avait pas de personnes expérimentées pour partager leurs expériences et leurs connaissances, nous nous sentirions probablement un peu seuls. C'est plutôt moi qui vous remercie, toi et d'autres, de nous donner matière à réfléchir et à progresser dans notre approche du cheval comme dans notre pratique équestre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog-equitation.fr
fraxinus



Messages : 1079
Date d'inscription : 01/08/2011

MessageSujet: Re: Dossiers Educaval   Mer 22 Aoû 2012 - 15:51

merci, Merci, MERCI!!!!!
Ce dossier là est vraiment mon préféré. cheers

Je retiens tout particulièrement le sentiment de l'antérieur

yveskatz a écrit:
Ainsi l’antérieur n’est en relation avec le squelette que par des masses musculaires qui rattachent l’épaule au sternum et ne  « participe » pas à la locomotion. Ce sera donc le mouvement de l’épaule du cheval que devra sentir le cavalier, au niveau de ses cuisses, ressenti qui permettra d’apprécier la phase dans laquelle se trouve le membre. Ce qui demande que le cavalier ait la cuisse correctement sur son plat et décontractée (au delà du simple fait que cette décontraction invite à la descente de la jambe et à la souplesse de la hanche, base d’un liant correct).

yveskatz a écrit:
Sur cette photographie, tirée du livre de Gerd Heuschmann « Dressage moderne, un jeu de massacre ? », on remarque l’antérieur gauche au soutien. Cette phase s’accompagne d’une rotation de l’épaule vers l’avant, ce qui crée une « dépression «  au niveau des côtes du cheval.
yveskatz a écrit:
Pour ce qui est de l’antérieur, c’est le sentiment d’un genou qui se rapproche de la selle qui permet d’apprécier le moment où l’antérieur est au soutien.
Il est important de sentir cette phase, car elle va permettre à la main d’agir judicieusement  pour contrôler les épaules (aidé en cela par la cuisse du cavalier si nécessaire) et pour aider à l’orientation de l’encolure et à la décontraction de la bouche et de la nuque du cheval.
Maintenant je peux avouer sans vergogne qu'il m'arrive de me servir de toute ma jambe, depuis la cuisse, pour faire comprendre à un jeune cheval qu'il doit bouger son épaule Embarassed . Pas très académique n'est ce pas? Mais, dans ma tête de frax, c'était surtout pour faire le lien avec l'exercice à pied au cours duquel je demande de pousser les épaules en agissant avec le doigt au niveau de la « dépression » que vous citez plus haut.
yveskatz a écrit:
Comprenant cette phrase comme une demande, et n'ayant jamais su refuser quoi que ce soit à une femme,vous trouverez dans la rubrique "dossiers" un document sur les ressentis en fonction des allures.
Oui c'était bien une demande pale et.....Enfin un avantage à être une femme. Laughing
Et merci également à Olivier pour sa dextérité informatique. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fraxinus



Messages : 1079
Date d'inscription : 01/08/2011

MessageSujet: Re: Dossiers Educaval   Dim 28 Oct 2012 - 17:43

Trouvé sur Cheval Savoir un article sur le ressentis des mouvements du cheval par le cavalier,
qui s'intitule exactement : « Locomotion du cheval et ressentis du cavalier » écrit par Yves Katz.
Comme l'auteur a rajouté une note à benêt, pardon, un nota bene, je vous en donne la copie ici. Rolling Eyes
Si je n'en ai pas le droit pour cause de droit d'auteur, de rédacteur et que sais-je encore, notre administrateur l'effacera. silent
Yves Katz dans Cheval Savoir a écrit:
(la fermeture légère des doigts sur une rêne en accord avec la phase de soutien de l’antérieur correspondant, lors de l’extension de l’encolure invite à la cession de nuque).

De la même façon, la cuisse agira avec la fesse, avec le mollet pour déplacer l’ensemble du cheval, bassin dans la direction du déplacement en accord avec le soutien du postérieur. Rappelons ce qui a été dit dans l’article sur l’isopraxie (voir CS n°32) : le buste du cavalier correspond à l’avant main du cheval, le bassin au corps du cheval et les membres inférieurs du cavalier aux postérieurs de sa monture.
Nota Bene
Précisons le fonctionnement du bassin lors des déplacements latéraux, car tout est dit et son contraire. Je pense qu’il est important de se lier correctement aux mouvements de son cheval, en restant aussi symétrique que possible dans sa selle. Il ne s’agit donc pas, à mon sens, de se mettre sur la fesse du côté du déplacement comme cela est souvent conseillé.Je pense qu’il faut en toutes occasions rester sur ses deux fesses, au « milieu de son cheval ». Lors d’un déplacement latéral, je conseille de peser un peu plus sur la fesse du côté d’où l’on vient pour accompagner le postérieur et le corps du cheval dans son déplacement latéral, tout en augmentant la pesée sur l’étrier du côté où l’on veut se rendre. Le bassin agira latéralement en accord avec le mouvement du postérieur le plus engagé. Rien n’est plus explicite qu’une explication pratique.
Demande d’une épaule droite en dedans
Demande d’une épaule droite en dedans ; tourner le buste vers la droite (cela provoque une pesée un peu plus importante sur la fesse droite), déplacer les épaules du cheval vers l’intérieur (la droite) en accompagnant par une rotation vers la droite du bassin. Dès que les épaules sont rentrées, peser sur l’étrier gauche (en amplifiant la descente de la jambe, ce qui invite à un recul du mollet -par descente de la cuisse et non pas fermeture de l’angle du genou par remontée du mollet vers l’arrière !) et agir avec son bassin latéralement vers la gauche lors de la phase de soutien du postérieur droit (mais sans jamais revenir avec ce bassin vers la droite, comme on le voit trop souvent faire par nombre de cavaliers en apprentissage qui font un mouvement de « va et vient » latéral avec lebassin.)

Imaginons maintenant que nous désirions passer de cette épaule droite en dedans à une tête au mur à droite. Je me redresse dans mon buste pour orienter mes épaules dans la direction à prendre. Je passe progressivement sur ma fesse gauche, sur laquelle je pèse plus. J’accompagne avec un mouvement du bassin de la gauche vers la droite pour déplacer la masse du cheval vers la droite. Les jambes n’ont pas changé de place ; seule l’orientation du buste a modifié le fonctionnement du bassin pour inviter le cheval à changer d’exercice, accompagné par un changement de jambe active !


Dans cet article, par contre, l'auteur ne parle pas des allures du cheval comme dans le dossier. Nous avons donc un plus sur Educaval. cheers

Mais en relisant tout ceci dossier + article, je ne trouve aucune explication des ressentis au trot enlevé.
-Frax, enfin, le trot enlevé.... c'est pour les débutants ou les fainéants, comme toi. On ne travaille pas un cheval au trot enlevé. No
-ben d'abord un groom fait de la sortie de boxes, il ne sait pas travailler un cheval, et puis le trot assis ça me fatigue, et puis en extérieur... pirat
Donc pour le trot enlevé, il est important de savoir sur quel diagonal on trotte, pour pouvoir en changer sans regarder et même décider sur quel diagonal on veut trotter.
Alors sur le diagonal droit, antérieur droit et postérieur gauche au soutien, je suis au « dessus » de ma selle et comme la hanche gauche du cheval descend, ma jambe gauche pèse un peu plus fort dans l'étrier gauche que ma jambe droite et ma jambe droite s'écarte de la selle vers l'extérieur, elle « ballote » plus que la gauche. J'ai même l'impression que ma fesse droite a plus d'appui tout en étant plus assise à gauche du dos du cheval. Bon... à corriger, car se ne sont que des impressions. pale
Pour en revenir au sentiment de l'antérieur et aux ressentis en général, il me semble que la selle peut aider. C'est à dire une selle assez fine et sans pad permet de mieux sentir les mouvements du cheval qu'une selle « orthopédique ». Je sais vous me direz: « montez à cru pour bien sentir ». mais j'ai un mot du docteur qui me défend le régime sans selle. Et toc! Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yveskatz

avatar

Messages : 2185
Date d'inscription : 02/02/2010
Age : 70
Localisation : seine et marne

MessageSujet: Re: Dossiers Educaval   Dim 28 Oct 2012 - 19:11

Comme indiqué dans Cheval savoir, l'article que j'ai proposé est en deux parties. IL faut donc attendre la deuxième moitié pour avoir mon explication sur les ressentis en fonction des allures. Par contre, je n'y évoque que les ressentis dans les allures assises. Je n'aborde pas la problématique du trot enlevé en détail, mais donne une piste de réflexion en écrivant:
Pour ce qui est de l’antérieur, c’est le sentiment d’un genou qui se rapproche de la selle qui permet d’apprécier le moment où l’antérieur est au soutien.
Contrairement à ce qu'avance Fraxinus,le trot enlevé n'est pas réservé aux débutants ou aux fainéants: c'est l'allure de prédilection avec les jeunes chevaux et le trot enlevé de qualité qui soulage le cheval et l'invite à se servir de son dos est un mouvement difficile à acquérir, fait de liant, d'équilibre, de souplesse, de liberté, de décontraction.Et il est vrai qu'il faut que la selle soit "assez fine" pour que le cavalier sente ce mouvement délicatement latéral de la cuisse. Et de manière générale, il faut savoir se dispenser de ces artifices orthopédiques que sont selles de dressage et surépaisseurs sous la selle............ geek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dossiers Educaval   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dossiers Educaval
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dossiers Educaval
» kéfir
» archivage, classement de nos fichiers ???
» AuPair Handbook
» Conversion de fichiers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EDUCAVAL :: Sciences hippiques et équitation :: Techniques équestres-
Sauter vers: